Me Dominique Barsalou vient de sortir son premier ouvrage aux éditions Yvon Blais. Crédit photo: Louise Savoie
Me Dominique Barsalou vient de sortir son premier ouvrage aux éditions Yvon Blais. Crédit photo: Louise Savoie
Avocate de formation, Me Dominique Barsalou vient de sortir son premier ouvrage aux éditions Yvon Blais, intitulé «Ma mère ne travaille pas». Elle s'intéresse au traitement juridique réservé aux femmes qui mettent de côté leurs activités pour se consacrer au travail domestique.

Sa réflexion est issue de son mémoire de maîtrise, effectué sous la direction du professeur Alain Roy - président du comité chargé de proposer les axes de réforme du droit de la famille - et codirigé par Guy Rocher, sociologue du droit.

«J'ai voulu examiner la perspective d'une personne, partir d'une expérience concrète et regarder comment le droit s'organise autour d'elle», explique Me Barsalou.

Mère de trois enfants, l'avocate de 47 ans exerçait en pratique privée quand elle a décidé de réorienter sa carrière pour pouvoir concilier sa vie de famille avec ses obligations professionnelles. Elle a notamment été chargée de cours à l'Université de Montréal pendant dix ans.

«Le travail de soin aux autres»

Ma mère ne travaille pas, un livre de Me Dominique Barsalou.
Ma mère ne travaille pas, un livre de Me Dominique Barsalou.
Interpellée par la situation de bon nombre de femmes qui choisissent de mettre une pause à leur carrière pour leur vie familiale, et alors qu'aucun autre ouvrage ne traitait de ce sujet, Me Barsalou s'est penchée sur la valeur que le droit québécois de la famille accorde au travail des mères au foyer, qu'elle appelle «le travail de soin aux autres».

Divisée en trois parties, l'étude débute par une description des contextes dans lesquels évolue le sujet, et poursuit par une analyse des règles de droit fiscal, social et privé qui lui sont applicables.

Finalement, l'auteure a superposé les résultats obtenus et cherché les fils conducteurs potentiels entre ces systèmes hermétiques et indépendants.

Loin de solliciter une intervention législative, Me Barsalou qualifie sa démarche de descriptive et visant à l'objectivité, proche toutefois d'un appel à la reconnaissance du travail de mère.

Interrogée sur la situation des conjointes de fait, elle se veut optimiste: «J'ai confiance dans le fait que le droit puisse prendre en compte des concepts non traditionnels», conclut-t-elle.

Pour plus de renseignement sur le livre, cliquez ici.