Sophie Audet est coach d'affaires
Sophie Audet est coach d'affaires
Amélie est une jeune avocate qui pratique le droit commercial au sein du contentieux d’une entreprise montréalaise.

Sophie Audet, coach professionnelle, l'assiste dans le développement de son leadership et répond aux questions qu’elle se pose quand elle est mise en difficulté dans le cadre de situations professionnelles.

A: Coach
De: Amélie
Sujet :
Date: 19 janvier 2017 – 9 : 32

Allo Coach,

J’espère que tu vas bien.

Je veux vraiment te remercier pour ton feed-back sur la façon de communiquer pour résoudre ses conflits interpersonnels. Ma conversation avec mon nouveau patron s’est super bien déroulée. Ceci nous a permis de repartir sur de nouvelles bases. Je n’en reviens pas à quel point le fait d’avoir des outils pour attaquer ce genre de difficulté a fait une différence.

Je me sens plus à l’aise maintenant en sa présence. J’ai même réussi à rire de la situation avec lui. Pour ce qui est de ma confiance en moi, cela revient peu à peu.

Sensible à mon désir d’avoir plus de responsabilités, il m’a récemment confié la charge du secrétariat corporatif de toutes nos filiales.

Sur le coup, j’ai été très enthousiaste à l’idée de ce nouveau défi. J’ai même la possibilité d’engager une technicienne pour me donner un coup de main quant à partie plus administrative.

Par contre, dans les jours qui ont suivi, j’ai commencé à paniquer. Je n’ai jamais fait cela de ma vie. Mes notions de droit corporatif sont très loin à mon esprit. De plus, j’ai toujours eu d’excellents résultats scolaires, à l’exception de ce domaine. J’ai même coulé mon examen du Barreau en cette matière. Clairement, je suis restée traumatisée … 

Comment me mettre dans un autre état d’esprit? Comment avoir la bonne attitude face à ce nouveau défi?

Comment changer d’état d’esprit?

Ciao et merci d’avance!

Amélie

A : Amélie
De : Coach
Sujet : Changer d’état d’esprit
Date: 19 janvier 2017 – 17 : 30

Bonjour Amélie,

Tout d’abord je te souhaite une bonne et heureuse année 2017 et te félicite pour la façon dont tu as géré le malaise avec ton nouveau patron !

L’importance de notre état d’esprit

Notre état d’esprit est subtil à détecter. Pourtant, il constitue la pierre angulaire sur laquelle nous construisons notre monde. Le fait d’en prendre conscience permet de percevoir les lentilles avec lesquelles nous percevons les choses et de comprendre l’impact de ces lentilles sur nos comportements et nos réalisations. Ceci nous permet également de prendre conscience que nous avons le choix de changer de lentilles lorsque celles que nous utilisons ne nous permettent pas d’accomplir ce que nous voulons.

Notre état d’esprit est si important que Carol Dweck, professeur de psychologie à l’Université Standford a démontré, après plusieurs décennies de recherche, qu’il constituait le facteur déterminant menant au succès, ceci, indépendamment de l’intelligence, la personnalité ou les aptitudes d’une personne.

Il s’agit d’une découverte majeure qui va complètement à l’encontre des croyances véhiculées.

État d’esprit fixe ou de développement

Plus spécifiquement, Carol Dweck a démontré que la clé du succès était d’avoir un « growth mindset » (état d’esprit de développement) plutôt qu’un « fixed mindset » (état d’esprit fixe).

Un état d’esprit fixe est celui qui se manifeste lorsqu’un individu a la croyance que son intelligence, les composantes essentielles de sa personnalité, ses talents et ses aptitudes sont des traits innés.

Un état d’esprit de développement est celui qui se manifeste lorsqu’un individu a plutôt la croyance que son intelligence, les composantes essentielles de sa personnalité, ses talents et ses aptitudes se développent au fil du temps avec l’expérience, le mentorat, l’apprentissage de nouvelles connaissances, de nouvelles habiletés etc.

Cette distinction a un impact capital sur le succès. Comment expliquer cela?

Les individus qui manifestent un état d’esprit fixe ont la croyance que leurs facultés sont inscrites dans le marbre. Leurs performances sont donc vécues comme une preuve de leur valeur intrinsèque. S’identifiant à leurs succès et à leurs échecs, Ils ont le désir de paraître intelligents et focalisent uniquement sur le résultat. Ils ont également tendance à rester dans leur zone de confort par crainte de ternir leur image d’eux-mêmes, à manquer de persévérance face aux obstacles, à ignorer le feed-back constructif et à se sentir menacés par le succès des autres. Ainsi, ils atteignent un plateau plus facilement et sont moins enclins à développer totalement leur potentiel.

Les individus qui manifestent un esprit de développement ont quant à eux la croyance que leurs facultés sont là pour évoluer. Ils ont donc le désir d’apprendre. Ne s’identifiant pas à leur succès ni à leurs échecs, ils focalisent leurs efforts sur leur processus et les stratégies leur permettant d’arriver à leurs résultats. Ils ont donc tendance à embrasser les nouveaux défis qu’ils perçoivent comme des opportunités d’évoluer, à être plus persévérants face aux obstacles qui se dressent devant eux, à être plus ouverts à la critique et à être inspirés par les succès des autres de qui ils apprennent. Ceci leur permet d’atteindre de plus grands niveaux de performance et d’accomplissement.

Comment se développe notre état d’esprit

Carol Dweck nous apprend que nous adoptons généralement une tendance dominante lors de la petite enfance. Elle nous met cependant en garde de nous « catégoriser » puisque nous avons tous un mélange de ces deux états d’esprit (selon les circonstances). La meilleure chose à faire est de s’observer.

Le succès rapide pour certaines choses et la sensibilité aux louanges ont tendance à favoriser l’état d’esprit fixe.

À titre d’exemple, la jeune élève qui collectionne les excellentes notes et qui en est valorisée peut facilement s’y identifier. Elle aura tendance par la suite à être craintive face aux nouveaux défis, de peur de ne pas avoir le même niveau de performance et de ternir son image d’elle-même. Elle aura également tendance à être assez vulnérable face aux obstacles (inévitables) qui se dresseront devant elle. Cette étudiante pourra par ailleurs se retrouver fort démunie devant un premier échec scolaire ou professionnel.

Il ne s’agit pas ici de ne pas aspirer à l’excellence ou à ne pas encourager et féliciter les réalisations. Il s’agit plutôt de ne pas agir en robot au moment de louanger un étudiant, un collaborateur, un collègue ou notre enfant. Focaliser sur le processus de la personne et être le plus spécifique et précis possibles quant aux éléments factuels que nous apprécions (comportements, éléments spécifiques du travail etc.) fera toute la différence. Ceci aura tendance à donner à cette personne des outils concrets sur lesquels s’appuyer dans son développement plutôt que de valoriser son égo et de la laisser dans l’illusion. Le même exercice peut d’ailleurs être fait pour nous-mêmes.

Comment s’entraîner pour changer ?

Notre état d’esprit est la pierre angulaire sur laquelle nous construisons notre monde. La bonne nouvelle c’est que nous avons la capacité de le modifier.

Ainsi, si nous souhaitons avoir plus de flexibilité et de souplesse dans notre façon d’appréhender nos défis et nos réalisations, nous avons le choix de changer les lentilles que nous utilisons. Nous pourrons ainsi avoir un état d’esprit plus souple, percevoir plus de possibilités, avoir une approche plus légère face à nos défis et inspirer et encourager les autres à faire la même chose.

Comment s’entraîner ?

i) Être attentif

La première chose à faire est d’être alerte à notre discours intérieur afin de détecter les messages de notre état d’esprit fixe. Prendre note qu’ils sont particulièrement présents au moment
où nous nous sentons vulnérables. Voici quelques exemples :

À l’approche d’un défi : « Es-tu certaine que tu va réussir ? » »Peut-être n’as tu pas le talent requis ?» « Que vas-tu faire si tu échoues ? Tu auras l’air de quoi ? »

À la suite d’un revers : « Ceci ne serait pas arrivé, si tu avais eu le talent »

Face à la critique : « Ce n’est pas ma faute. »

ii) Changer notre discours intérieur et adopter de nouveaux comportements

Une façon habile de changer notre état d’esprit est de modifier notre discours intérieur. Ceci nous permettra par la suite d’adopter de nouveaux comportements. Voici quelques exemples quant aux mêmes scénarios :

À l’approche d’un défi : « Je ne sais pas si je vais réussir mais je pense que je peux apprendre avec du temps, des efforts, les bons outils, le bon support et le développement des compétences qui me manquent. Je vais donc me faire un plan, trouver les bons outils, les bonnes personnes pour m’aider et essayer ».

À la suite d’un revers : « Des tonnes de gens qui ont du succès ont eu des revers. C’est d’ailleurs ce qu’il leur a permis d’avoir ce succès»

Face à la critique : « Si je ne prends aucune responsabilité, je stagnerai. Même si c’est désagréable, j’ai donc avantage à écouter et à identifier par la suite ce que j’aurais pu faire différemment pour obtenir un meilleur résultat. » Je pourrai ensuite m’en inspirer pour améliorer ma performance.

Conclusion

Les recherches des deux dernières décennies ont démontré que notre croyance en une rigidité de l’humain est totalement erronée. Au contraire, notre état d’esprit est un facteur déterminant quant à notre succès et notre cerveau est un muscle que nous pouvons utiliser pour le changer si nous le jugeons nécessaire.

Embrasser le fait que nous pouvons évoluer nous permet de surmonter les difficultés et de faire de meilleurs choix. Ce n’est qu’en se fixant des objectifs nous permettant de devenir meilleurs que nous nous donnons la possibilité de maximiser notre plein potentiel. C’est également la seule façon d’apprécier autant le voyage que la destination.

À la lumière de ce qui précède quels sont tes constats? Comment peux-tu changer ton état d’esprit face aux nouvelles responsabilités qui t’ont été confiées?

Image


Ton coach

A : Coach
De : Amélie
Sujet : Merci !
Date: 20 janvier 2017 – 9 :32

Allo Coach,

Wow.

Merci pour ce partage.

Je comprends maintenant que j’ai un état d’esprit fixe relativement à mon nouveau défi . Je comprends par ailleurs beaucoup mieux mes difficultés à faire face à mes échecs personnels (dont mon échec aux examens du Barreau). Juste la lecture de ce qui précède m’aide déjà à voir les choses différemment.

Je vais me faire un plan des outils et du support dont j’aurai besoin pour accomplir mes nouvelles fonctions. Je vais également identifier clairement les compétences que j’ai besoin de développer. Yeah! Je me sens déjà beaucoup mieux.

Est ce que nous pouvons nous voir en début de semaine prochaine ?

Mille mercis!!!!

Amélie

Un coach professionnel est une personne bien placée pour vous aider à développer votre leadership personnel.

Pour plus d’information, Consulter mon site web à www.sophieaudet.ca. Suivez moi sur Facebook.