Le cinéaste Roman Polanski vient d’annoncer qu’il veut retourner aux États-Unis pour clore l'affaire de viol qui l'a forcé à fuir le pays.

L’avocat du cinéaste a demandé à un juge de la Cour supérieure de Los Angeles de dévoiler le témoignage du procureur dans l’affaire de 1977. Ce témoignage devrait établir que Polanski a effectivement conclu un accord en 1977 et qu’il ne doit plus être emprisonné aux États-Unis.

L’avocat de Polanski a affirmé jeudi que le cinéaste souhaite voyager librement et visiter la tombe de sa femme, Sharon Tate, qui a été assassinée par les adeptes de Charles Manson en 1969.

De 1977 à aujourd'hui, l'affaire Roman Polanski, accusé de détournement de mineure, a connu d'innombrables rebondissements. Entre arrestations, fuite, pardon et polémiques, voici les principales dates à connaître pour comprendre les événements.

10 mars 1977 : À la suite d’une séance photo, Roman Polanski, âgé de 43 ans, a une relation sexuelle avec Samantha Geimer, jeune fille de 13 ans. Il est arrêté le lendemain après que la mère de la victime est allée à la police.
Dans les jours suivants, l’adolescente affirme devant la justice que le cinéaste l’a droguée et violée. Roman Polanski parle pour sa part d’une relation consentante.

8 août 1977 : Polanski accepte de plaider coupable de détournement de mineure. Un accord est conclu : il n’y aura pas de procès public, mais le réalisateur passera trois mois en prison pour passer des tests psychiatriques.

17 décembre 1977 : Polanski est incarcéré dans une prison de Californie. Il est libéré sous caution 42 jours plus tard.

31 janvier 1978 : Alors que la justice américaine le menace désormais de le condamner à 50 ans de prison, Roman Polanski fuit les États-Unis. Il n’y est jamais revenu depuis. Un mandat d’arrêt est lancé par les autorités de Los Angeles.

Octobre 1993 : Polanski et Geimer parviennent à un accord financier – autour de 500 000 $ – mettant fin aux poursuites civiles. Toutefois, dans les années suivantes, la victime entamera de nouvelles démarches judiciaires, car Polanski n’aurait pas payé la totalité de la somme due.

23 août 1994 : Un avocat de Samantha Geimer indique que la jeune femme souhaite que l’affaire se termine aussi au criminel, sans que Polanski retourne en prison. De son côté, le procureur chargé de l’affaire n’en démord pas : Roman Polanski doit se livrer aux autorités et laisser un juge décider de son sort. La peine maximale est désormais fixée à 4 ans.

1er mars 2003 : Samantha Geimer pardonne publiquement à Roman Polanski, mais réaffirme que le réalisateur l’a violée.

23 mars 2003 : Polanski remporte l’Oscar du meilleur réalisateur pour son film Le pianiste, mais ne se rend pas aux États-Unis pour recevoir son prix.



26 septembre 2009 : Roman Polanski est arrêté à Zurich, les autorités suisses agissant ici sur la base du mandat d’arrêt de 1978. La Suisse empêche son extradition.

4 décembre 2009 : Libéré sous caution quelques jours auparavant, Roman Polanski est assigné à résidence dans son chalet de Gstaad, en Suisse.

21 décembre 2009 : La justice américaine refuse d’abandonner les poursuites, demande formulée par les avocats du cinéaste qui accusent le juge chargé de l’affaire en 1977 de graves erreurs dans la procédure.

22 avril 2010 : Une cour d’appel en Californie rejette la demande, déposée cette fois par Samantha Geimer, d’abandonner les charges.14 mai 2010 : L’actrice britannique Charlotte Lewis accuse Roman Polanski d'avoir abusé d'elle sexuellement quand elle avait 16 ans, dans les années 80.

12 juillet 2010 : Après le refus de la Suisse de l’extrader aux États-Unis, Roman Polanski est libre.

30 octobre 2014 : Alors qu’il se trouve en Pologne, Roman Polanski est entendu par le tribunal à Cracovie après que les États-Unis ont demandé aux autorités polonaises de le placer en détention. Il ressort libre.

6 décembre 2016 : La justice polonaise écarte définitivement l'idée d'une possible extradition de Polanski.

18 janvier 2017 : Roman Polanski est nommé président de la 42e cérémonie des Césars, l’équivalent des Oscars en France. Ce choix ravive la polémique.

24 janvier 2017 : Roman Polanski renonce à la présidence des Césars.

16 février 2017 : À 83 ans, Roman Polanski se dit prêt à retourner aux États-Unis pour clore l’affaire Geimer une fois pour toutes, près de 40 ans après le début des poursuites.