Me Louis-Paul Hétu
Me Louis-Paul Hétu
Trois grands axes d'intervention, déclinés en une dizaine de propositions, le tout appuyé par cinq années d'expérience au sein de l'organisation… Me Louis-Paul Hétu s'est doté d'un programme touffu pour convaincre ses pairs de lui confier les rênes de l'organisation pour la prochaine année.

Il affrontera la spécialiste en droit du travail chez BLG Sophia M. Rossi. Siégeant également au CA du JBM, Me Rossi y est actuellement chargée des Affaires publiques.

Le programme de Me Hétu, qui tient sur 11 pages rédigées à simple interligne, peut sembler ambitieux... « L'idée est de mettre des choses en place pour plusieurs années », dit le principal intéressé, qui pratique au sein de la direction du contentieux de la procureure générale du Québec.

Disant pouvoir faire profiter le Jeune Barreau de son expérience, il estime être le mieux placé pour pousser l'organisation encore plus loin.

Dans sa présentation électorale, Louis-Paul Hétu dit avoir « été aux premières loges pour constater l’évolution continue et la croissance du JBM », ajoutant qu'il a participé à l'organisation d'événements d'envergure depuis son poste d'administrateur. puis de vice-président du Jeune Barreau de Montréal.

Cela le place en bonne position pour réaliser plusieurs de ses propositions.

Créer des emplois pour les jeunes

Me Hétu croit qu'il faut favoriser la création d’emplois chez les jeunes avocats. Il souhaite créer un service de référencement, lancer un site Internet regroupant les données statistiques annuelles sur la situation de l’emploi, offrir des formations spécialisées en gestion et créer un service de location de bureaux à faible coût.

À l'heure du coworking, les compétences managériales sont également essentielles pour quiconque veut se lancer en affaire.

« Notre formation est très axée sur la théorie; pour des jeunes qui sortent de l'université, faire sa comptabilité, développer ses affaires, ouvrir de nouveaux marchés, ça n’est pas évident », explique celui qui a choisi la gestion avant de se tourner vers le droit.

Des formations plus pratiques

Louis-Paul Hétu insiste sur l'importance de formations plus pratiques, de type séminaire. Il veut également faire de l’accessibilité à la justice une priorité. Il croit en outre nécessaire de cultiver les relations avec les jeunes d’autres ordres professionnels du Québec, en plus de donner accès à des services de garde adaptés aux besoins des jeunes avocats qui ont une famille.

Enfin, la célébration du 120e anniversaire du JBM est incluse dans sa plateforme électorale.

Les membres du JBM jugeant la formation sur la plaidoirie et la rédaction offerte dans les écoles déficiente. Les jeunes avocats « demandent des formations plus pratiques afin de peaufiner leurs techniques et pouvoir se démarquer sur le marché du travail », explique Me Hétu.

L'accessibilité à la justice, son autre cheval de bataille, est centrale pour sceller l'adhésion des jeunes avocats à la cause du JBM. « Les jeunes se reconnaissent davantage dans des causes plus sociales et dans des actions concrètes; je veux mettre l'accent sur ces choses-là », dit-il.

Ainsi, il propose « d’investir dans une solution qui assurera la pérennité » de la Clinique juridique téléphonique, en plus « d’entreprendre les discussions avec le Barreau du Québec et le Fonds d’assurance responsabilité professionnelle afin (…) d’assurer à la pièce les avocats exemptés du paiement de l’assurance professionnelle qui souhaiteraient faire du travail pro bono », peut-on lire dans son programme.

Saine gestion

C'est le dernier axe de la plateforme électorale de Louis-Paul Hétu. « Nous avons l'un des organismes les mieux gérés au Québec », dit-il. Mais la multiplication des associations juridiques risque de rendre l'accès au financement plus difficile, croit-il. Sans compter que les formations gratuites sont de plus en plus fréquentes, diminuant d'autant les revenus potentiels que peut tirer le JBM des activités de formation.

Il faut donc « solidifier nos partenariats actuels et (…) trouver de nouvelles sources de revenus qui permettront à notre organisation de poursuivre ses activités pour les années à venir », écrit Louis-Paul Hétu.

Le scrutin du Jeune Barreau de Montréal se tiendra du 11 au 18 mai 2017, à 16h30. Les membres éliront un président, un vice-président, et 12 administrateurs.

Les membres intéressés ont jusqu'au 27 avril à 17h pour soumettre leur candidature.