Me Paul-Matthieu Grondin dit qu’il « faudrait qu’ils investissent le CA du Barreau par le biais d’élection
Me Paul-Matthieu Grondin dit qu’il « faudrait qu’ils investissent le CA du Barreau par le biais d’élection
Ils ont décidé d’envoyer un courrier à Me Lu Chan Khuong et Me Paul-Matthieu Grondin pour leurs faire part de leurs inquiétudes et connaître leur position sur certains sujets qui les concernent.

Ainsi, les avocats en entreprise se demandent ce que les candidats suggèrent pour qu’ils soient mieux représentés par les instances du Barreau. À cette question, Me Lu Chan Khuong, rappelle qu’ils occupent une place importante dans la profession de part leur nombre, qu’il faut que « la constitution des comités reflète le portrait des membres » et qu’elle « connaît bien le monde des affaires et celui des entreprises ».

Me Paul-Matthieu Grondin dit de son côté qu’il « faudrait qu’ils investissent le CA du Barreau par le biais d’élection », tout en assurant les soutenir.

La question sensible de l’obligation de souscrire au Fonds d’assurance responsabilité professionnelle leur a également été posée. Les deux aspirants au bâtonnat semblent ouverts au débat. « S’ils ont une assurance à l’interne qui couvre déjà les éventualités prévues par l’assurance responsabilité demandée par le Barreau, il faut se demander s'ils doivent payer les deux. Ma réponse est non », explique Me Grondin.

Me Khuong réitère ses propos tenus lors du débat du 25 avril
Me Khuong réitère ses propos tenus lors du débat du 25 avril
Me Khuong réitère ses propos tenus lors du débat du 25 avril : « je crois que la couverture actuelle est trop élevée. Est-ce que les avocats en entreprise peuvent se prévaloir des mêmes privilèges attendu la protection disponible de leur employeur? Je suis ouverte à considérer cette possibilité ».

Enfin, les juristes d’entreprise se demandent ce que les candidats souhaitent mettre en place pour les soutenir face aux défis et aux enjeux particuliers auxquels ils font face. À cela, Me Grondin répond que le Barreau doit les traiter d’une façon différente, mieux comprendre leur réalité. Pour cela, il propose des formations atypiques entre autres.

De son côté, Me Khuong a mis en avant sa volonté de préserver l’indépendance des avocats d’entreprise et briser les frontières entre le monde des affaires et celui du droit.