L’associé et co-fondateur de Mitchell Gattuso, Brian Mitchell, prenait le bâton du barreau de Montréal
L’associé et co-fondateur de Mitchell Gattuso, Brian Mitchell, prenait le bâton du barreau de Montréal
L’associé et co-fondateur de Mitchell Gattuso, Brian Mitchell, prenait le bâton du barreau de Montréal lors de son assemblée générale annuelle, mercredi. Il a amorcé sa présidence devant quelque 200 membres.

Le bilan annuel du barreau montréalais aura été l’occasion de placer les billes pour l’année qui s’en vient. Celui qui succède à Simon Tremblay a insisté sur l’importance d’une profession qui reflète davantage la diversité de la population qu’elle dessert.

« Alors que 54 % des résidents montréalais sont d’origine autre que québécoise francophone », il faut que le milieu juridique se mobilise davantage pour en tenir compte, a soutenu Me Mitchell.

Par ailleurs, il entend proposer des initiatives pour les jeunes, les femmes, la communauté LGBTQ et les avocats en détresse.

« Il faut que la pratique des stages non rémunérés change, c’est une question de respect ; un avocat doit être payé pour son travail », a soutenu le nouveau bâtonnier.

La faible rétention des avocates au sein des cabinets est également un « problème auquel il faut s’attaquer. Nous allons nous doter d’un plan d’action en ce sens », a-t-il poursuivi.

Il a également soutenu l’importance du respect de la diversité des orientations sexuelles pour soutenir les avocats qui continuent de faire face à des préjugés quotidien.

Enfin, la détresse psychologique, les avocats aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de consommation feront également l’objet d’une réflexion pour identifier et déployer des mécanismes d’intervention, évoquant le succès du Service d'aide et de consultation psychologique du Barreau comme l’exemple duquel s’inspirer.

Un surplus accumulé de 1,4 M$

Me Mitchell hérite d’un barreau disposant d’un surplus accumulé de 1,4 million de dollars. En outre, il dégage un excédent des revenus sur les charges de 131 000 $, se félicite la directrice générale Doris Larrivée.

Outre l’acquisition d’un condo commercial, plusieurs grands chantiers se poursuivront sous la houlette de Me Mitchell.

Dans le bilan de sa présidence, le bâtonnier sortant Simon Tremblay a annoncé que les législateurs compteront bientôt sur le support de deux juristes de langue maternelle anglaise afin de réviser l’entièreté de la traduction du corpus législatif.
« Ils pourront assurer le contrôle de la qualité des textes de loi traduits », a expliqué Me Tremblay.

Ce dernier a martelé l’importance pour les avocats de se doter d’une association professionnelle. Les discussions se poursuivent entre les barreaux de sections, l’Association des avocats de province, les jeunes barreaux et les autres parties prenantes.

Comme modèle de fonctionnement, « on évoque la structure du Jeune Barreau de Montréal, et un financement issu de subventions », octroyées par les barreaux de section par exemple, à hauteur de 20 $ par membre.

« Il faut également poursuivre le travail sur une pratique sans papier », a plaidé Me Tremblay, qui voit dans la transition numérique une façon de réduire les coûts, les délais et par conséquent d’améliorer l’accès à la justice.

À cet égard, le Barreau de Montréal prépare un projet-pilote portant sur un rôle de pratique interactif.