C’est ce qui ressort d’une demande déposée à cet effet au palais de justice de Montréal. Denis Gauthier est le représentant du recours, qui cherche à faire autoriser une action collective contre l’homme d’affaires montréalais David Baazov.

Comme toile de fond, rappelons que celui-ci est en plein procès pour délit d’initié. Ce procès concerne les faits qui ont entouré l’acquisition du site PokerStars.

David Baazov, ex-président et fondateur de la société Amaya
David Baazov, ex-président et fondateur de la société Amaya
À présent, on allègue que l’homme d’affaires aurait contrevenu à la Loi sur les valeurs mobilières lorsqu’il a démontré son intention de racheter, en 2016, l’entreprise Amaya (au prix de 24 $ l’action). Lors de la préparation et l’envoi des documents préalables obligatoires, M. Baazov avait déclaré être en mesure de procéder à cette transaction.

Cette annonce a fait artificiellement gonfler le prix des actions.

Or, M. Baazov a admis en novembre 2016 que la firme émirienne KBC Aldini Capital, de qui il devait obtenir le financement nécessaire, n’avait en fait jamais donné son consentement.

Tout cela résulterait donc d’un stratagème mis en place par l’homme d’affaires pour faire bénéficier à des proches de cette fluctuation de valeur, afin que ceux-ci puissent acheter et revendre aux moments opportuns.

Évidemment, l’admission de novembre 2016 a fait à nouveau chuter la valeur des actions, ce qui a occasionné des pertes importantes pour de nombreux investisseurs. Ils ont été forcés de vendre à perte – d’où la demande d’autorisation d’exercer une action collective.

Une personne d’influence

Le recours se base sur le paragraphe 225.10(4) de la Loi sur les valeurs mobilières. Lorsqu’il y a eu publication d’un document concernant la société et contenant une information fausse ou trompeuse, une personne lésée est autorisée à poursuivre en dommages une personne influente au sein de la société. M. Baazov était, selon la demande en justice, une personne d’une telle influence et ce, même s’il n’était pas administrateur au moment des faits.

Me Shawn Faguy
Me Shawn Faguy
Le recours est piloté par Me Shawn Faguy, de Faguy & Co.

Amaya est une entreprise de pari en ligne. Elle est notamment propriétaire du site PokerStars. M. Baazov en était président jusqu’à ce qu’il soit accusé de délit d’initiés par l’Autorité des marchés financiers (AMF); il a alors démissionné de ses fonctions. Aujourd’hui, il en est néanmoins toujours l’actionnaire individuel le plus important.