Guy Turcotte
Guy Turcotte
Condamné en 2015 pour le meurtre de ses deux enfants, Guy Turcotte utilise à nouveau l’argument de sa maladie mentale mais cette fois, pour demander à la Cour d'appel de réduire la longueur de sa détention avant de pouvoir obtenir une libération conditionnelle, en se rapprochant du minimum de 10 ans, selon ce que rapporte TVA Nouvelles.

En janvier 2016, le juge André Vincent le condamnait à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 17 ans. Le 6 décembre 2015, lors d’un second procès, Guy Turcotte était trouvé coupable du meurtre non prémédité de ses enfants, Olivier et Anne-Sophie.

Dans des documents déposés à la Cour la semaine dernière, ses avocats soulignent que la peine de 17 ans «n'est manifestement pas indiquée et découle des erreurs de principe commises par le juge du procès», selon ce que rapporte TVA.

Ainsi, le juge ne tient aucun compte de la maladie mentale de Turcotte, selon ses avocats, ni de sa crise suicidaire lorsqu’il a commis son double meurtre. Cette « erreur » mène à une période d'inadmissibilité déraisonnable, selon eux.