Gilles Cloutier
Gilles Cloutier
En effet, plaide Gilles Cloutier, il était à l’hôpital lorsque la juge Sandra Blanchard a décerné un mandat d’arrestation contre lui. Cet ancien organisateur politique a donc mal réagi en apprenant la nouvelle, écrit le Journal de Montréal.

M. Cloutier, qui a plus de 70 ans, dit avoir expliqué la situation à son avocat, Me Simon Brisson-Dolci de l’Aide juridique. Mais la juge n’a rien voulu entendre, semble-t-il, et a néanmoins émis le mandat.

« J’ai toujours été prêt à servir, tant pour la Couronne que pour mes affaires personnelles, a dit l’accusé. Je suis un homme épuisé et malade. Ça fait cinq ans que je suis devant la cour », explique M. Cloutier, qui argue donc que le mandat n’était pas nécessaire.

La juge Blanchard a répliqué en disant qu’elle n’avait pas les détails sur la situation de l’accusé au moment d’émettre le mandat. Elle ajoute par ailleurs qu’elle a relevé M. Cloutier de son défaut dès que ces détails lui ont été connus.

Le principal intéressé a alors rétorqué : « Vous n’avez pas fait confiance à mon avocat. Il le savait, lui, que j’étais à l’hôpital ».

M. Cloutier est un ex-employé des firmes Roche et Dessau. Il a témoigné dans plusieurs procès en lien avec la corruption et la collusion dans le secteur de la construction, et on s’attend à ce qu’il le fasse dans les procès de coaccusés de l’ex-maire Gilles Vaillancourt et de l’ancienne ministre Nathalie Normandeau.