Affaire des labradors : sursis accordé aux maîtres des chiens
Affaire des labradors : sursis accordé aux maîtres des chiens
C’est ce qui ressort d’un bref jugement de la Cour supérieure, dont Droit-inc a obtenu copie.

En effet, Jocelyn Auclair, Betty Munoz et Gulnara Jacome-Munoz viennent d’obtenir que leurs chiennes de race Labrador ne soient pas immédiatement euthanasiées. Le juge André Provost a accepté de surseoir à la décision de la Ville de Montréal, le temps qu’il se prononce sur le fond de l’affaire.

C’est Goldwater Dubé, le cabinet de Me Anne-France Goldwater, qui représente les demandeurs dans cette affaire.

Rappelons-le, le 3 mai dernier, alors que la promeneuse de chiens des demandeurs faisait son travail, celle-ci a momentanément perdu le contrôle des bêtes, qui ont sauté sur un passant, vraisemblablement sans le blesser. Les chiens ont ensuite dû subir un test de comportement. À la suite de celui-ci, les propriétaires ont reçu une lettre indiquant que les chiennes étaient considérées comme un danger pour la sécurité publique et qu’elles devaient être euthanasiées dans les 48 heures.

Ce délai tombe donc avec le jugement interlocutoire. Le juge ordonne aux demandeurs de ne pas se départir de leurs chiennes. Dans l’intervalle, il exige cependant que celles-ci soient muselées et tenues en laisse en tout temps pour la durée des procédures dès qu’ils sortent de chez elles. Il demande aussi à ce que les bêtes sous toujours sous la surveillance d’un adulte dans ces circonstances, et qu’on ne les laisse pas s’approcher à moins de deux mètres d’un enfant de moins de 16 ans, sauf ceux des demandeurs, lorsqu’elles sont à l’extérieur.

Restera à statuer sur le fond de l’affaire.