Le juge Marc Noël
Le juge Marc Noël
Quatre tribunaux fédéraux ont décidé de resserrer leurs mesures de sécurité en vigueur.

Cette décision a déjà été prise dans d’autres institutions fédérales comme le Parlement ou la Cour suprême du Canada, explique La Presse.

Le juge en chef de la Cour d'appel fédérale, Marc Noël, le juge en chef de la Cour fédérale, Paul S. Crampton, le juge en chef de la Cour d'appel de la cour martiale, Richard Bell, et le juge en chef de la Cour canadienne de l'impôt, Eugene P. Rossiter ont annoncé ces nouvelles mesures dans une lettre.

Le juge paul S. Crampton
Le juge paul S. Crampton
Elle a été envoyée le 20 mars au sous-ministre de la Justice. D’après La Presse, on peut y lire : « nous ne doutons pas que le Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) continuera d'introduire, en notre nom, des mesures de sécurité efficaces tout en protégeant le principe fondamental de l'accès à la justice ».

Ces nouvelles mesures de sécurité comprennent l'installation d’appareils de radioscopie et des portiques de détection de métal. Le processus peut conduire à une fouille minutieuse des effets personnels des visiteurs, voire une fouille corporelle, un peu comme dans un aéroport.

Le juge Eugene P. Rossiter
Le juge Eugene P. Rossiter
Au niveau provincial, des voies se lèvent et réclament aussi des mesures dans ce sens. Dernièrement, le bâtonnier de la Mauricie, Me Benoît Larouche, avait dénoncé le manque de mesures de sécurité au Palais de justice de Shawinigan et de La Tuque.

Ces mesures ne feraient pas suite à l’assassinat du juge Alban Garon, de sa femme Raymonde et de leur amie Marie-Claire Beniskos, en juin 2007.