Les maîtres du désert!
Les maîtres du désert!
Mes Renée Roy, 35 ans et Julie Bertrand, 40 ans, deux avocates à la Ville de Granby, ont décidé de partir 11 jours dans le désert pour se dépasser. Elles vont participer au Trophée Roses des sables, un rallye raid sur les pistes marocaines. En clin d’oeil à leur profession, elles ont baptisé leur équipe « Les maîtres du désert ».

Même si elles sont toutes les deux férues de voyage, c’est leur passion commune pour les films d’horreur qui les a rapprochées lors de leur première rencontre à la Ville de Granby.

Car si toutes les deux ont fait leur bac en droit à l’Université de Sherbrooke, ce n’est pas là qu’elles se sont connues. Me Roy a été assermentée en 2005 et Me Bertrand en 2010. La première est originaire de St-Charles-sur-Richelieu, la deuxième d’Amos.

Elles se sont finalement retrouvées toutes les deux employées de Granby. Les deux femmes sont ensuite devenues amies au point de partir ensemble en voyage en Roumanie l’été passé (eh oui, le pays de Dracula…).

Me Julie Bertrand
Me Julie Bertrand
« Nous sommes un peu parties à l’aventure. Un moment, nous cherchions un hôtel… On avait du mal à communiquer avec les locaux qui ne parlaient que roumain. Ils nous ont finalement communiqué les données GPS de l’hôtel. Renée a alors dit à la blague qu’on pourrait faire le Trophée Roses des sables », raconte Me Bertrand.

Il n’en fallait pas plus pour que l’idée germe dans la tête des deux collègues. Elles décident alors de participer à une séance d’informations en janvier dernier pour en savoir plus sur cette compétition 100 % féminine.

La course prend son départ dans le sud de la France et se termine dans le désert marocain. Le but étant de relier ces deux points en parcourant le moins de kilomètres possible. « Ce n’est pas une course de vitesse, mais plutôt d’orientation », précise Me Bertrand.

Les gagnantes remportent le droit de participer gratuitement à l’édition de l’année suivante.

Galvanisées par leur volonté de sortir de leur zone de confort et par le désir de s’éloigner un temps de leur profession « très conservatrice », les deux jeunes femmes prennent cette aventure comme le moyen de se dépasser et d’apprendre de nouvelles choses.

« S’orienter avec une boussole, apprendre la mécanique… Il y a aussi le volet humanitaire de la course qui nous a séduites. Chaque équipage doit donner 50 kg d’affaires aux enfants du Maroc. Des cahiers, des stylos, du dentifrice, etc. », précise Renée Roy.

Me Renée Roy
Me Renée Roy
Mais avant le grand départ qui se fera en octobre 2018, Me Roy, qui sera pilote, va devoir apprendre à conduire sur des routes accidentées. « Je vais pouvoir m’entraîner dans des carrières québécoises », précise l’avocate.

Me Bertrand quant à elle, en tant que copilote, va devoir se familiariser avec la boussole.

L’aventure leur prend déjà de l’énergie. Car en plus de se former, les deux avocates doivent trouver des commanditaires pour les soutenir. « Il faut entre 25 000 et 30 000 $ pour participer. Rien que l’inscription coûte 11 000 $. Elle comprend l’organisation, les médecins sur place, l’hélicoptère qui va nous suivre, les bivouacs dans lesquels nous allons dormir...», disent-elles.

« Nous devons ensuite louer un véhicule, acheter tout l’équipement nécessaire et un système de géolocalisation… Car si nous, nous n’avons droit qu’à la boussole, les organisateurs doivent pouvoir nous suivre en temps réel pour vérifier que tout se passe bien », détaille Me Roy.

Les deux femmes n’ont pas peur de grand-chose et ont surtout hâte. « Je crains peut-être un peu le manque de confort », confie cependant Me Bertrand. Me Roy quant à elle croise surtout les doigts pour qu’aucun malheur ne leur arrive !