Me Giuseppe Sciortino
Me Giuseppe Sciortino
Congédié le 9 février 2015 à l’unanimité par le CA de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Martin Gélinas a décidé de poursuivre ses avocats en charge de ce dossier.

Martin Gélinas poursuit ainsi Mes Giuseppe Sciortino et Félix-Antoine Michaud, mais aussi le fonds d’assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Ces deux avocats exercent en droit du travail au cabinet Melançon Marceau Grenier et Sciortino, aux bureaux de Montréal.

L’ancien vice-recteur de l’UQTR leur reproche d’avoir « commis une faute dans leur devoir de conseil ».

En effet, alors que M. Gélinas était menacé de congédiement dès le 13 janvier 2015, notamment pour avoir harcelé ses collègues de travail, ses avocats étaient en pleine négociation avec ceux de l’UQTR.

Le 26 janvier 2015, l’avocat de l’UQTR avait alors « transmis une offre écrire aux défendeurs, afin de régler le dossier devant la Commission des relations du travail », peut-on lire dans la demande introductive d’instance déposée le 1er septembre dernier.

« Cette offre était manifestement très généreuse », peut-on lire dans le document. Parmi ses modalités, une indemnité de 18 mois, la publication d’un communiqué favorable à l’image du demandeur, ou encore un congé de perfectionnement de 12 mois avec un salaire de 165 000 $.

Problème, d’après la demande introductive d’instance, « les défendeurs n’ont pas communiqué une copie de l’offre écrite au demandeur » et les défendeurs « ont omis d’expliquer les modalités offertes dans cette offre écrite ».

« Personne ne veut poursuivre les avocats! »

Me Félix-Antoine Michaud
Me Félix-Antoine Michaud
Joint par Droit-inc, l’avocat qui défend désormais les intérêts de M. Gélinas, Me François Daigle, estime que la proposition était « vraiment un bon deal ! C’est comme monter l’Everest en gougounes. En plus, Me Sciortino aurait dû expliquer à M. Gélinas qu’il était impossible d’avoir une meilleure offre que celle ainsi proposée, il aurait dû lui dire que la jurisprudence en la matière va rarement au-delà de 18 mois ».

M. Gélinas n’aurait alors pris connaissance de cette offre qu’à l’automne 2016, lors d’une audience de la Commission des relations du travail, alors qu’il n’était plus représenté par Mes Sciortino et Michaud.

M. Gélinas, qui a finalement été congédié le 9 février 2015, exige de ses deux anciens avocats la somme de 662 937 $.

« Personne ne veut poursuivre les avocats, mais parfois c’est nécessaire. Ce sont des justiciables comme tout le monde. Après avoir déjà gagné deux causes contre des avocats, je peux dire que je suis un peu le fléau de mes confrères », conclut Me Daigle.