Me Jean-Philippe Caron
Me Jean-Philippe Caron
C’est Me Jean-Philippe Caron, de Podlégal, qui pilote ce dossier.

C’est une histoire classique de responsabilité civile de type « slip and fall » : en septembre 2014, Stéphanie Chapdelaine, 23 ans, était à La Ronde avec des amies. Vers la fin de la journée, alors qu’elle quittait le manège « Le Démon », elle a glissé sur une lanière de métal située à la base du manège et s’est fracturé la jambe.

La cause : cette lanière métallique, constamment arrosée par des jets d’eau, était très glissante, et donc dangereuse, lit-on dans la demande. D’ailleurs, cette lanière et les autres du même type ont été repeintes peu après, afin qu’elles soient plus adhésives, clame la demande en justice.

Constat médical : fracture du tibia et du péroné et syndrome du compartiment. Ce n’est pas tout : l’état de Mme Chapdelaine se serait encore empiré dans les jours suivants, ce qui a nécessité de nombreux séjours prolongés à l’hôpital. Elle aurait aussi certaines séquelles permanentes non négligeables : des douleurs chroniques à la jambe qui s’aggravent lorsqu’elle est assise ou qu’elle marche, ainsi que de nombreuses cicatrices résultant de ses multiples opérations.

Des dommages de 1,5 millions

En conséquence, la principale intéressée se retrouverait incapable d’exercer un emploi d’ostéopathe, pour lequel elle suivait une formation au moment des événements, et son emploi actuel de serveuse, allègue-t-elle dans la demande. De plus, son permis de conduire a été suspendu et elle devra avoir un véhicule adapté à sa condition.

On ajoute que Mme Chapdelaine vit un « isolement certain de son cercle social » puisqu’elle ne peut plus conduire et qu’on doit donc venir la chercher pour chaque activité.

En raison de ce qui précède, elle réclame 130 413 $ à titre de perte de revenus passés, 10 970 $ en indemnisation du coût des soins passés, et surtout 1 165 492 $ et 85 112 $ afin de compenser, respectivement, sa perte de revenus et le coût des soins pour l’avenir. Enfin, elle exige 163 893 $ en réparation du préjudice moral et esthétique subi.

Les parents de Mme Chapdelaine réclament eux aussi environ 12 000 $ chacun, pour compenser leur propre perte de revenus, ainsi que leur préjudice moral.

« La sécurité et le bien-être de nos invités sont toujours notre priorité absolue », a assuré la responsable des communications de Six Flags Montréal, jointe par Droit-inc. Le parc refuse néanmoins de commenter l’affaire plus avant pour l’instant.