Me Joel Scheuerman
Me Joel Scheuerman
Me Joel Scheuerman a rejoint l’équipe de BCF Avocats à titre d’associé spécialisé en litige fiscal. L’avocat de 38 ans a ainsi quitté son ancien cabinet, Davies, où il a exercé pendant cinq ans.

« Nous sommes entrés en contact, et BCF m’a présenté une opportunité », explique Me Scheuerman. « J’ai été impressionné par l’esprit entrepreneurial qui règne ici. Le cabinet mise beaucoup sur l’innovation. J’aime beaucoup la vision de l’associé directeur, Mario Charpentier. C’est une personne dont on peut facilement voir l’énergie et la passion pour le droit. »

Mario Charpentier
Mario Charpentier
De son expérience chez Davies, Me Scheuerman retient les excellents collègues qui composaient son équipe de travail. « J’ai appris beaucoup là-bas et j’ai travaillé sur de beaux dossiers. Je suis fier d’y avoir passé les premières années de ma carrière en litige fiscal », ajoute-t-il.

Barreau 2010, diplômé en droit de l’Université McGill, Joel Scheuerman a commencé sa carrière à la Cour canadienne de l’impôt puis a travaillé chez Deloitte comme analyste fiscal senior.

Il a toujours voulu exercer en droit fiscal. « J’ai toujours été à l’aise dans ce domaine, dès mon entrée à la faculté de droit. Il s’agit d’un droit complexe et dynamique qui touche tout le monde », dit-il.

Quant à son intérêt pour la plaidoirie, il le justifie par le fait qu’il aime l’idée de « mettre en avant la position d’un client face à quelqu’un qui va trancher ».

Se développer à l’international

Chez BCF, il va donc continuer à faire du litige fiscal pour les entreprises, tant au niveau du Québec, du Canada que de l’international. « BCF a des partenariats avec d’autres cabinets d’avocats ailleurs dans le pays alors je vais profiter de ces relations pour bâtir une pratique à l’international en plus du Canada et du Québec », poursuit-il.

Originaire de l’Alberta, le jeune Scheuerman a décidé de s’installer à Montréal pour faire ses études universitaires C’est une ville dynamique, avec beaucoup de joie de vivre, d’énergie. Je voulais faire ma vie en français et en anglais, alors l’aspect bilingue de Montréal m’a séduit », explique le nouvel associé.

Il ne cache pas que les Rocheuses albertaines lui manquent, tout comme sa famille et ses amis restés là-bas.

Il a cependant pu s’en faire d’autres ici, comme Leïla Côté. La jeune femme de 26 ans a travaillé avec lui chez Davies. Aujourd’hui elle a quitté le droit, mais a gardé une très bonne relation avec celui qu’elle décrit comme son mentor et un très bon ami.

« C’est lui qui m’a recruté chez Davies alors que le cabinet cherchait un junior. Entre nous ça a tout de suite cliqué. On a travaillé ensemble sur différents dossiers et on se complétait bien », se souvient-elle.

Elle le décrit comme un avocat « très dévoué et dédié, capable de se mettre dans les souliers de ses clients pour qui il est un véritable bras droit. Il est aussi doté d’un esprit critique très affiné ». Sa venue chez BCF est donc une « opportunité en or », d’après Mme Côté. « C’était la bonne chose à faire pour lui. Si quelqu’un va percer dans le domaine du litige fiscal, c’est lui », conclut-elle.