La défense, représentée par Dylan Jones
La défense, représentée par Dylan Jones
C'est la conclusion d'un plaidoyer de culpabilité enregistré jeudi au palais de justice de Montréal, rapporte le Journal de Montréal.

Melinda Kazandjian a foncé de plein fouet dans une résidence de Dollard-des-Ormeaux, en 2013, alors que sa voiture affichait 135 km/h au compteur... dans une zone de 50 km/h.

À l'ouverture de son procès qui devait débuter jeudi, la jeune femme a finalement plaidé coupable de conduite dangereuse. À l'approche des Fêtes 2013, aux petites heures du matin, l'étudiante a omis de ralentir son véhicule à l'approche d'une intersection en T et d'un signal d'arrêt.

Elle a ainsi frappé une résidence de plein fouet où dormaient paisiblement un couple et ses trois enfants, causant des dommages évalués à 350 000 dollars.

Selon la procureure du DPCP Sylvie Dulude, « elle a mis en péril la vie du passager ainsi que celles des résidents », poursuit le Journal. Le choc a été si violent que la voiture s'est encastrée dans la maison à un étage, arrachant au passage l'escalier menant au premier.
Où la petite famille se trouvait déjà, heureusement.

Les policiers qui sont intervenus ont remarqué que la conductrice dégageait une odeur d'alcool, selon la couronne.

Les résidents ont tellement été bouleversés par l'événement qu'ils ont déménagé.

Les représentations sur sentence se tiendront en mai prochain. La défense, représentée par Dylan Jones, estime qu'il est « raisonnable d'attendre » que sa cliente termine une maîtrise en droit dans une université californienne, puisque le couronne « va sûrement demander une peine d'emprisonnement ».

Sans antécédents, Melinda Karandjian s'est dite « extrêmement désolée » et bien contente que personne n'ait été blessé, selon Dylan Jones.