Le bâtonnier Paul-Matthieu Grondin
Le bâtonnier Paul-Matthieu Grondin
Combien d'heures sont passées en développement d'affaires? Et lesquelles de ces heures rapportent réellement? Combien de dossiers sont actifs? Quels services sont profitables? Qui les offre au sein du cabinet? Quelle clientèle rapporte le plus?

Autant d'indicateurs de performance qui sont peu ou pas analysés par les avocats, selon les données recueillies par le Barreau du Québec dans son rapport La tarification horaire à l’heure de la réflexion.

Ce rapport « démontrait que les avocats détiennent, en général, peu ou aucun détail sur les coûts et la profitabilité de leurs services rendus », écrit le Barreau dans sa présentation de la plateforme analytique qui est dorénavant disponible pour les praticiens.

Parmi les incitatifs à se lancer dans une telle initiative le constat suivant : « On n'a peu ou pas de données, les avocats, pour mesurer la pratique, on n'a aucune idée de ce que fait l'industrie », expliquait le bâtonnier Paul-Matthieu Grondin plus tôt cet automne en parlant de l'initiative MesuroMaître, qui n'avait pas encore été officiellement lancée.

C'est maintenant chose faite.

Un nouvel outil

En partenariat avec JurisConcept, une firme spécialisée dans la gestion d'affaires et l'analytique pour le monde juridique, le Barreau propose dès maintenant le MesuroMaître.

Le projet consiste à colliger les données comptables et de gestion pertinentes à l'analyse coûts-bénéfices d'une pratique.

Puis, les utilisateurs ont accès à des indicateurs de performance, calculés à même les données versées dans la plateforme.

Disant détenir près de 40 % du marché des logiciels gestion utilisés dans les cabinets québécois, JurisConcept est l’associé du Barreau dans la création du MesuroMaître.

Les services d'analytique d'affaires ne sont pas une nouveauté : on en trouve déjà, notamment avec la plateforme CLIO, aux États-Unis, à laquelle plus de 150 000 avocats souscrivent. En plus des services à la carte qu'elle prodigue aux avocats (efficacité de leur campagne marketing, rendement sur l'investissement d'un nouvel avocat, nombre d'heures travaillées réellement facturées), CLIO produit régulièrement des rapports sur les stratégies de rétention de clients et le développement d'affaires plus rentable.
C'est d'ailleurs une variable que le MesuroMaître propose de mesurer. Entre autres.

Annick Gariépy, du service de la qualité de la profession au Barreau du Québec
Annick Gariépy, du service de la qualité de la profession au Barreau du Québec
« La profession a tout intérêt à connaître les tendances du marché », écrit le Barreau au sujet du besoin comblé par MesuroMaître, décrit comme un outil permettant de se comparer, et d'identifier les meilleures pratiques.

Car mesurer ses pratiques et en évaluer la rentabilité « constitue un élément clé de toute stratégie de développement (...) et de gestion optimale (des) ressources. (Vous) serez mieux outillé pour revoir vos modes de tarification, prendre de meilleures décisions d’affaires, mieux comprendre votre organisation et identifier certaines tendances au sein de l’industrie », selon le Barreau.

Plus les cabinets participeront, plus la base de données sera riche et permettra de poser des diagnostics précis sur les pratiques analysées, expliquait dans la dernière livraison du Journal du Barreau Annick Gariépy, du service de la qualité de la profession au Barreau du Québec.

Le but avoué de l'initiative, conclut l'article du Journal du Barreau, est d'en arriver à une base de données suffisamment étoffée pour qu'elle serve à développer des outils et des formations qui serviront à l'ensemble de la profession.