Me Dimitrios Strapatsas écope de 18 mois de prison
Me Dimitrios Strapatsas écope de 18 mois de prison
Le criminaliste Dimitrios Strapatsas pourrait cependant ne passer que le weekend derrière les barreaux, rapporte Le Journal de Montréal.

Il a reçu sa sentence cet après-midi, mais comme il a déjà porté sa cause en appel, son avocat, Me Nicholas St-Jacques, va déposer une demande lundi pour le faire libérer.

«Considérant qu’il a été en liberté pendant tout son procès, j’ai de bonnes raisons de croire que ma demande sera acceptée en attendant les procédures en appel», a indiqué l’avocat à sa sortie de la salle de cour, tel que le rapporte Le Journal.

Dimitrios Strapatsas, qui a été suspendu du Barreau, s’est fait menotter par le constable spécial devant ses collègues, peu après le prononcé de sa sentence.

Il a été reconnu coupable d’entrave à la justice en octobre dernier au palais de justice de Montréal pour avoir aidé son ancien client, John Boulachanis, en 2015. « Dimitrios Strapatsas a participé activement à la machination », avait lancé le juge Marc André Dagenais juste avant de prononcer son verdict de culpabilité.

Me Nicholas St-Jacques, va déposer une demande lundi pour le faire libérer
Me Nicholas St-Jacques, va déposer une demande lundi pour le faire libérer
En échange de l’aide d’un détenu pour la mise en ligne de la vidéo incriminante, Boulachanis promettait 200$ à celui-ci. Cette somme a été remise en billets de 20$ à une femme, dans un Tim Hortons de Montréal, par Me Strapatsas.

Il y a quelques semaines, lors du plaidoyer sur sentence, Me St-Jacques, avait révélé que son client devait désormais vendre des chandelles pour joindre les deux bouts. « Il se ramasse à travailler dans un entrepôt comme livreur. L’accusation a eu un impact dévastateur sur sa carrière », a-t-il alors dit, en demandant au tribunal que son client évite la prison.

La procureure, Me Jennifer Morin, suggèrait alors une peine de 18 mois de prison.