Me Alastair Moir chez Grey Casgrain
Me Alastair Moir chez Grey Casgrain
Albertain d'origine, l’avocat francophile Alastair Moir, est arrivé au Québec au milieu des années 2000 pour entreprendre des études en histoire à McGill. Mais ce n'est qu'une étape dans l'atteinte de son idéal, le droit. Après son premier diplôme, obtenu en 2006, il bourlingue quelques années dans différents boulots avant d'entamer son droit, à l'Université Laval. Il est de la promotion 2015, et complète son Barreau en 2016.

« Je n'avais pas le profil qui semblait intéresser les grands cabinets », dit Alastair Moir, qui a vécu en Nouvelle-Écosse et en Ontario avant d'atterrir à Montréal.

Intéressé par les débats constitutionnels et les droits sociaux, l'offre de stage qui lui a faite Me Julius Grey était une occasion à saisir pour celui qui se décrit comme un « néo-Québécois ». Il remarque que les quatre plus récentes embauches de Grey Casgrain proviennent toutes de l'Université Laval, laissant penser que cette fac de droit est une sorte de « club-école » du cabinet-boutique, où pratiquent maintenant sept avocats.

C'est d'ailleurs dans l'optique de travailler sur les grandes questions juridiques que Me Moir a obtenu le titre de Juris Doctor, à l'Université de Sherbrooke, en 2015. « On faisait du droit transnational, on touchait au bijuridisme canadien, en plus de faire la common law canadienne, américaine et anglaise », dit-il.

Il a complété son stage en novembre dernier, avec Julius Grey pour mentor. Le cabinet l'a ensuite embauché et il y pratique depuis.

« Je traite des dossiers de droit constitutionnel, mais également dans d'autres domaines, comme les droits de la personne, de l'immigration, de la famille », précise Me Moir, qui peut ainsi toucher à plusieurs domaines afin d'y trouver sa niche.