Hugo Vaillancourt rêve de devenir la référence en droit des motocyclistes
Hugo Vaillancourt rêve de devenir la référence en droit des motocyclistes
Me Hugo Vaillancourt, 26 ans, rejoint les bureaux du cabinet Allali-Brault, sur la rue Sherbrooke, à Montréal. Il y pratique le litige civil et commercial.

Il a quitté Legal Logik, le cabinet où il a fait son stage du Barreau et dans lequel il a par la suite exercé comme avocat.

« Il y a eu une grande restructuration à Legal Logik. Je suis parti de moi-même, car nous avions deux visions différentes de la pratique. Je voulais aussi quitter l'arrondissement St-Laurent pour venir au centre-ville de Montréal. Allali-Brault est un cabinet plus vieux, avec un certain historique. Me Allali a la réputation de défendre la rédaction des jugements en français, un point que je partage. Nous avons des atomes crochus », explique le jeune homme.

Me Vaillancourt a fait ses études de droit à l’Université de Montréal et a été assermenté en 2017. Il a choisi ce domaine, car il aime la plaidoirie et les débats contradictoires.

Adepte de moto lui-même depuis l’année dernière, l’avocat a approché la Fédération des motocyclistes du Québec pour devenir leur porte-parole en matière de droit. « Comme Me Goldwater est l’experte en droit familial et Me Larochelle en droit criminel, j’aimerais devenir la référence en matière de droit des motocyclistes », explique celui qui a décroché trois bourses durant ses études.

« Je n’occupe pas de poste d’administrateur, mais je suis en contact avec les représentants de la Fédération », précise-t-il en ajoutant vouloir donner un coup de main en pro bono.

Me Vaillancourt s’implique également dans la clinique téléphonique du Jeune Barreau de Montréal. « C’est une bonne manière de contribuer à la société », dit-il.