Me Julius Grey représente Toufik Benhamiche
Me Julius Grey représente Toufik Benhamiche
Toufik Benhamiche a été condamné à quatre ans de prison à Cuba après avoir accidentellement tué une touriste canadienne lors d'une excursion en bateau dans un tout-inclus. Cela fait 10 mois qu’il est sur l’île.

Dans une poursuite déposée le 7 mai au palais de justice de Joliette, le résidant de Mascouche et sa conjointe, Kahina Bensaadi, réclament quelque 340 000 dollars en dommages à l'entreprise, rapporte La Presse.

« Nous voulons réveiller les Canadiens et leur expliquer qu’on a fait de mon client un bouc émissaire », dit Me Julius Grey qui le représente.

C’est par Sunwing qu’ils sont passés pour ce voyage en juillet 2017 et c’est un de ses sous-traitants qui leur a vendu une excursion en bateau.

Le 7 juillet 2017, M. Benhamiche, 47 ans, ingénieur pour la Ville de Laval, terminait un séjour d'une semaine à Cayo Coco avec sa femme et leurs filles de 5 et 7 ans.

Ils s’étaient offerts auprès d'un sous-traitant cubain de Sunwing, Gaviota Tours, une journée d'excursion qui comprenait une balade en hors-bord.

Selon le couple, les guides n'ont fourni que quelques explications sur la conduite du bateau à la vingtaine de touristes présents, sans leur donner de démonstration ou leur faire passer un test d'aptitude.

Mais quelques minutes après le départ, Toufik Benhamiche a perdu la maîtrise de son embarcation qui a percuté un autre bateau dans lequel se trouvait une touriste ontarienne.
Cette dernière a été blessée mortellement.

Au terme de quelques jours d'enquête, il a été accusé d'« homicide par imprudence ». On lui a interdit de quitter Cuba et il a écopé de quatre ans de prison.

M. Benhamiche a porté la décision en appel devant la Cour suprême, plus haut tribunal du pays. La cause a été entendue à la fin du mois d'avril. Il attend la décision. Là-bas, il est représenté par un avocat cubain, selon Me Grey.

Il n'a vu ses filles qu'une seule fois en 10 mois, il a failli perdre son emploi, ses filles ne sont même pas au courant et pensent que leur père aide un ami à construire une maison.

Le maire de Laval est personnellement intervenu en sa faveur. Le député fédéral, le bloquiste démissionnaire Luc Thériault, parle dans le même sens. « Il est un bouc émissaire dans un accident. C'est un cauchemar hallucinant. »

« Il faut mettre les points sur les i. Il y a des responsables et Sunwing tient une très grosse responsabilité. C'est son sous-traitant qui a géré cette situation », explique M. Benhamiche, contacté par La Presse.

Dans la requête déposée à la cour, on dit que « le représentant Sunwing ne leur a jamais indiqué que l'excursion comportait quelques risques que ce soit. Ils n'ont pas été informés que cette activité pourrait encourir leur responsabilité civile ou criminelle en cas d'accident.

Aucun avertissement n'a été fourni quant aux dangers que le bateau pouvait présenter. Au contraire. Le représentant sur place s'est fait rassurant quant à la sécurité du bateau et sur la facilité de conduire celui-ci ».

« Un règlement hors cours est toujours meilleur qu’un procès, mais nous sommes prêts à aller jusqu’au bout », ajoute Me Grey.

À Cuba, trois employés du sous-traitant ont été accusés au criminel en lien avec l'accident. Le procureur responsable du dossier a finalement retiré les accusations contre tout le monde, sauf M. Benhamiche.