Tony Accurso et Gilles Vaillancourt
Tony Accurso et Gilles Vaillancourt
Au palais de justice de Laval, Tony Accurso a affirmé d’entrée de jeu n’avoir jamais remis 200 000 dollars à un collecteur de l’ancien maire en guise de ristournes pour des contrats obtenus.

En 1997 et 2002, il a soutenu avoir entendu parler d’un système de collusion à deux reprises, par l’entremise de son « ami de longue date » Claude Asselin, l’ancien directeur général de la Ville.

Tony Accurso aurait alors questionné les présidents de ses entreprises Louisbourg Construction et Simard-Beaudry, qui l’auraient assuré ne pas participer à un stratagème frauduleux.

L'accusé de 66 ans est le dernier témoin de la défense. Après avoir répondu aux questions de son avocat, il sera contre-interrogé par la Couronne.

Plus de détails à venir