Deborah Knupp, directrice générale à Akina Corp
Deborah Knupp, directrice générale à Akina Corp
Il faut tout d'abord s'accorder sur des attentes du gestionnaire dès le départ, comme le rappelle l'article de Nathan Hale publié sur le site Law360. C'est une une étape précieuse pour mettre un avocat sur la voie de la performance et cela permet de réagir plus facilement lorsque certains conseils ne sont pas respectés.

Les gestionnaires ne doivent cependant pas oublier les mauvaises performances de certains associés et envisager une variété d'outils pour y remédier, tels que les formations, le coaching, les discussions honnêtes, ou le redéploiement de ses compétences personnelles.

Deborah Knupp, directrice générale à Akina Corp explique qu'il faut d'abord poser un diagnostic pour déployer la bonne stratégie.

Les mauvaises performances d'un associé pourrait relever d'une forme de paresse, mais la cause profonde pourrait aussi être quelque chose qui est hors de son contrôle, comme les changements dans le domaine dans lequel il exerce.

« Tout n'est pas toujours de la faute de l'avocat impliqué et d'autres raisons peuvent expliquer son manque de résultats », dit Kent Zimmermann, conseiller en stratégie pour le Groupe Zeughauser.

Cela dit, les cabinets ne devraient pas agir trop hâtivement, car n'importe qui peut avoir une mauvaise année. Il ne faudrait pas non plus éviter la confrontation, au risque que la situation s'envenime.

Et si l'argent peut être une grande incitation, la réduction de la rémunération ne sera pas toujours une solution pour résoudre le problème.

Dans de nombreuses entreprises, la paie de l'associé est déjà liée à la performance et une coupe de salaire pourrait tout simplement n'avoir aucun impact sur la capacité du partenaire à renverser la vapeur.

Voici quelques méthodes pour remettre un associé en perte de vitesse sur la bonne voie.

Communiquer

Prenez le temps de vous asseoir pour avoir une discussion honnête sur les problèmes de cet associé pas très en forme.

Les réunions offrent une opportunité à multiples facettes: évaluer la situation, expliquer clairement que les attentes ne sont pas satisfaites, et mesurer la capacité de l'associé à résoudre le problème.

La dynamique tend à être plus efficace si l'initiative vient d'un associé plus âgé. Ce genre de conversation est préconisé lorsque le gestionnaire sent qu'il y a une volonté de l'associé de remédier à la situation.

Il est essentiel d'aider les gens à participer à leur propre sauvetage.

Trouver des qualités sur lesquelles se concentrer

Un manque de concentration dans les pratiques des associés est un facteur aggravant lorsqu'ils ne sont pas assez productifs. Il faut les aider à se concentrer sur leurs forces et leurs intérêts individuels.

Le gestionnaire pourra tenter de rechercher des opportunités dans les nouvelles technologies ou dans d'autres domaines plus traditionnels, pour les confier à l'associé. L'idée c'est de le remettre en confiance en lui confiant des mandat dans lesquels il se sent à l'aise.

Faire appel à une entreprise de coaching externe

Kent Zimmermann, conseiller en stratégie pour le Groupe Zeughauser
Kent Zimmermann, conseiller en stratégie pour le Groupe Zeughauser
Beaucoup d'associés peu performants ont le désir de l'être, mais il leur manque certaines compétences.

Plus on a les compétences, plus le degré de confiance en soi augmente. Mais tous n’ont pas ces compétences et la volonté est aussi un facteur majeur que les entreprises doivent évaluer, avant de demander l'intervention d'un expert à l'externe.

Dans certains cas, les cabinets préféreront partager le coût de ce coaching avec l'associé, pour s'assurer qu'il soit impliqué.

Faciliter le départ

Bien sûr, tous les associés en perte de vitesse n'arriveront pas à se ressaisir, malgré tous les efforts que le cabinet déploie dans ce sens.

Beaucoup de gens ne sont pas forcément faits pour travailler dans de gros cabinets.

Si une entreprise décide de mettre fin à la relation de travail, cela ne signifie pas que les deux parties sont perdantes.

Si c'est bien fait, cela ne devrait vraiment pas être une surprise pour l'associé en panne de résultats, mais le gestionnaire doit lui donner des explications claires. Parfois, si c'est juste un problème d'attentes trop divergentes de part et d'autres. Le cabinet peut même tenter d'aider l'avocat à le mettre en relation avec un autre cabinet qui correspondrait mieux à ses attentes et ses capacités.