Le juge Paul Chevalier de la Cour du Québec vient de reconnaître Normand Dubé coupable.
Le juge Paul Chevalier de la Cour du Québec vient de reconnaître Normand Dubé coupable.
Le juge Paul Chevalier de la Cour du Québec vient de reconnaître Normand Dubé coupable: le «pilote des stars» comme on l’appelle, a bel et bien causé les trois pannes survenues en décembre 2014 sur les lignes à haute tension d’Hydro-Québec, dans les Laurentides, rapporte Le Journal de Montréal.

L’incident a plongé 120 000 personnes dans le noir. Hydro-Québec a aussi dû interrompre ses livraisons d’électricité aux réseaux voisins et même importé 2000 mégawatts d’urgence des États-Unis et de l’Ontario. Il a coûté 30 millions de dollars à la société d’État.

Normand Dubé niait avoir posé les actes de sabotage pour lesquels le juge l’a finalement reconnu coupable.

Procès secret

Le procès du pilote est resté secret jusqu’à la fin, révèle Le Journal de Montréal, en vertu d’une ordonnance pour protéger «la sécurité nationale».

Le juge Chevalier a prononcé son jugement à huis clos et il fournira plus tard une copie caviardée de son argumentaire.

Ce qu’a appris Le Journal, c’est que Dubé aurait utilisé son avion pour attaquer le réseau électrique, le 4 décembre 2014. Selon le ministère public, il en avait largement les moyens techniques, ayant lui-même conçu un modèle de petit avion qu’il a vendu dans une centaine d’exemplaires.

L’avocat de Normand Dubé, Me Maxime Chevalier, a soulevé dans sa plaidoirie le doute raisonnable afin d’empêcher la condamnation du pilote.

Il est impossible de connaître les arguments qu’a retenus le juge Chevalier, explique Le Journal, mais le procureur du Ministère public, Me Steve Baribeau, a de son côté soulevé l’invraisemblance de sa défense. Le procureur réclame la peine maximale de 10 ans de prison pour méfait et affirme que ses actes s’apparentent à du «terrorisme».

«Si vous n’ordonnez pas l’incarcération immédiate de l’accusé, cela minerait la confiance du public en l’administration de la justice », a-t-il dit, selon le Journal. «L’accusé a agi par vengeance, pure méchanceté, en décidant de saboter et s’attaquer à un bien essentiel à la population, en plein mois de décembre. Le coût de sa folie: 30 M $. Il est difficile de trouver quelque chose de plus prémédité au niveau de la culpabilité morale.»

D’autres poursuites

Normand Dubé fait par ailleurs l’objet d’une autre poursuite civile en dommages d’Hydro-Québec, pour 30 millions de dollars.

Il est aussi visé par 20 autres chefs d’accusation pour incendies criminels, méfaits, menaces de causer la mort ou des blessures, harcèlement criminel, dans d’autres dossiers, selon Le Journal.