Le bâtonnier du Québec Paul-Matthieu Grondin
Le bâtonnier du Québec Paul-Matthieu Grondin
Ce matin, l’ensemble des avocates, des avocats et des stagiaires en droit du Québec devrait avoir dans sa boîte courriel ce questionnaire visant à dresser un portrait des comportements sexuels non désirés dans le contexte professionnel de la pratique du droit.

« Il s’agit d’une recherche importante qui permettra de documenter la problématique du harcèlement sexuel dans la profession », a réagi le bâtonnier du Québec Paul-Matthieu Grondin.

Il a insisté sur l’importance de donner la parole à tous les membres ainsi qu’aux stagiaires, que ces personnes aient ou non vécu de telles situations. «Un lieu de travail doit être exempt de harcèlement. »

Le Barreau déclare vouloir se servir des résultats pour «cibler des moyens de prévention et développer ou consolider des mesures de soutien».

C’est une équipe de recherche de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval à Québec qui a préparé en toute indépendance ce sondage. Les données seront recueillies et traitées de façon anonyme et confidentielle.

Pas la première action du Barreau

Rappelons que le Barreau du Québec avait déjà rendu publique une série de recommandations visant l’amélioration du traitement judiciaire des dossiers d’agressions sexuelles.

Les syndics ont également reçu une formation spécifique sur les questions liées aux agressions ou à l’inconduite sexuelles.

L’Ordre a aussi procédé à la révision de sa politique contre le harcèlement en milieu de travail et incite les cabinets de toutes tailles à se doter d’une telle politique.

Enfin, l’École du Barreau a participé à la mise en œuvre du projet de loi 151, la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur.