Keila Ravelo, ancienne partenaire de Hunton & Williams, a écopé de cinq ans de prison
Keila Ravelo, ancienne partenaire de Hunton & Williams, a écopé de cinq ans de prison
Une ancienne associée d’une firme importante aux États-Unis a écopé de cinq ans de prison le 10 octobre dernier alors qu’elle a fraudé 7,8 millions de dollars américains à ses anciens cabinets ainsi qu’à ses clients en faisant l’usage de faux vendeurs.

Selon ce que rapporte American Lawyer, c’est le juge Kevin McNulty du New Jersey qui a imposé cette peine à Keila Ravelo, ancienne partenaire de Hunton & Williams et Willkie Farr & Gallagher.

Elle a été autorisée à participer à un programme de traitement de la toxicomanie en établissement, alors qu’elle souffrirait « dépendance à long terme aux drogues sur ordonnance ».Ravelo sera sous surveillance durant trois ans à la suite de sa sortie de prison.

Elle écope d’un an de plus d’incarcération que son ex-mari, Melvin Feliz, qui avait plaidé coupable d'avoir participé au même stratagème.

Bonnie and Clyde!

Son ex-mari, Melvin Feliz, avait également plaidé coupable
Son ex-mari, Melvin Feliz, avait également plaidé coupable
Les deux amants ont été arrêtés pour la première fois ensemble en 2014. Selon les procureurs fédéraux du New Jersey, ils avaient alors escroqué plus de 7,8 millions de dollars à Willkie and Hunton & Williams ainsi qu’à leur client, MasterCard.

En utilisant leurs positions d’associés, ils soumettaient de fausses factures et acheminaient des millions de dollars aux vendeurs, qui ne fournissaient aucun service.

La plupart de l’argent obtenu dans la magouille était alors versé sur leur compte bancaire commun et qu’ils utilisaient pour leurs dépenses personnelles et leurs investissements.

En plus d’escroquer cette somme, le couple n’avait payé que 2 millions de dollars américains d’impôts.

Acceptant le plaidoyer des autorités, Ravelo avait plaidé coupable pour fraude fiscale en novembre 2017.

Le juge McNulty a accordé un an de prison de plus à Ravelo qu’à Feliz, puisqu’il jugeait notamment qu’elle était l’architecte du complot. Les procureurs ont déterminé que c’est elle qui avait noué des relations avec les cabinets et Mastercard, en plus de manipuler les mécanismes de paiement.

Ravelo s’est déjà fait passer pour le patron d’une des compagnies d’un des vendeurs fictifs, afin que le complot puisse se poursuivre malgré les doutes de ses cabinets.

L’ancienne avocate était représentée par les avocats de Gibbons, Lawrence Lustberg et John Haggerty, ainsi que par Steve Sadow, conseiller spécial de Schulten Ward Turner & Weiss.