L’action collective contre les « Joyeux festins » approuvée par la Cour supérieure
L’action collective contre les « Joyeux festins » approuvée par la Cour supérieure
L’action collective intentée contre McDonald’s pour sa publicité dirigée aux enfants a été autorisée par la Cour supérieure du Québec mardi.

Antonio Bramante, représenté par l’habitué aux actions collectives, Me Joey Zukran, estime que les présentoirs de jouets « Joyeux festins » présentés dans les franchises de restauration rapide constituent une publicité destinée aux enfants de moins de 13 ans.

« C’est un débat qui ne devrait même pas avoir lieu : McDonald’s contrevient à une loi qui a été clairement définie par l’Assemblée nationale il y a 40 ans » estime Me Zukran.

McDonald’s plaide pour sa part que cette publicité n’est pas forcément destinée aux enfants, puisqu’ils ne sont pas les acheteurs des « Joyeux festins ». « Tout client peut l’acheter sans égard à son âge », plaide l’entreprise dans le jugement de la demande d’action collective.

Me Joey Zukran
Me Joey Zukran
La chaîne assure que sa publicité est adaptée à la loi, puisque son entente signée avec l’Office de la protection du consommateur est toujours valide.

« Les autres restaurants comme Subway et Burger King ne font pas de publicité pour les jouets qu’ils offrent en compagnie de leurs repas pour enfants. Pourquoi McDonald’s aurait ce privilège? », question Me Zukran.


Des exceptions

La loi interdisant de faire de la publicité aux moins de 13 ans compte trois exceptions : les revues, les spectacles ainsi que les magasins destinés aux enfants.

Dans le cas de ces derniers, la loi précise qu’ils peuvent afficher des jouets sur leurs tablettes à dans des vitrines à l’intention des enfants.

« Et même si on admettait que McDonald’s était un magasin, ils ne respecteraient tout de même pas la loi. Les magasins n’ont pas le droit d’inciter ou d’inciter directement les enfants », argue Me Zukran.

L’avocat ajoute que le cause devrait toucher particulièrement les canadiens puisqu’elle pose des problèmes à la santé publique.