L’étudiant en droit Justin Orléans, créateur de TutoDroit.
L’étudiant en droit Justin Orléans, créateur de TutoDroit.
En créant TutoDroit, l’étudiant en droit Justin Orléans ne s’attendait pas à faire souffler un tel vent de controverse à l’Université de Montréal.

Et pourtant! Le 5 novembre dernier, le programme de tutorat qu’il a lancé a été l’objet de plusieurs plaintes d’étudiants à l’Association des étudiants en droit (AED) de l’Université et a généré de nombreuses réactions négatives sur sa page Facebook!

Bonhommes en colère, animosités, les critiques n’ont pas cessé de fuser face à son initiative.

Mais qu’est-ce qui a donc provoqué tant de colère?

En fait, plusieurs personnes jugeaient que l’organisation, qui rémunère ses tuteurs, entamait une compétition malsaine avec le service de mentorat de l’Université, dans le cadre duquel plusieurs étudiants offrent leurs services gratuitement.

« Ce que l’AED propose, c’est plutôt des conseils sur comment réussir en droit. TutoDroit est venu combler un besoin en offrant un service complémentaire à cela », justifie à Droit-inc l’étudiant de 26 ans.

Pas qu’une question d’argent!

Justin Orléans estime que ses pairs n’ont pas entièrement compris la nature de son service au moment de se plaindre.

Il ne lui serait tout simplement pas possible de proposer un service de tuteurs sans que des tarifs ne soient imposés à ses utilisateurs, explique-t-il.

« Beaucoup d’étudiants ont cru que je ne voulais que faire de l’argent! Ils ne voient pas tous les coûts derrière nos opérations. Personnellement, je ne pourrais pas me permettre financièrement d’investir toutes ces heures dans TutoDroit sans en retirer des profits. »

TutoDroit offre des séances individuelles ainsi qu’en petit groupes à ses utilisateurs. Les révisions de groupe peuvent durer de 8 à 10 heures et coûtent entre 100 et 120 dollars, un coût accessible pour les étudiants selon Justin Orléans, qui refuse de dévoiler la rémunération de ses tuteurs.

Pour Justin Orléans, TutoDroit vient combler un manque.
Pour Justin Orléans, TutoDroit vient combler un manque.
Une expérience personnelle

C’est après avoir obtenu un baccalauréat en administration des affaires à McGill que Justin Orléans a fait son entrée à la faculté de droit de l’Université de Montréal. Le fait qu’il soit anglophone et qu’il ne connaissait pas la dynamique des cours de droit a rendu ses débuts en droit très difficiles.

« Les mentors de l’AED m’offrait un bon support psychologique, mais ne pouvaient pas répondre à mes questions académiques plus précises. J’ai alors compris qu’il y avait un manque à ce niveau dans notre faculté et qu’un service complémentaire pourrait le combler. »

Il explique que la faculté offre un accès aux examens antérieurs sans en donner les réponses. Pour combler ce besoin, TutoDroit offre donc des examens de pratiques concoctés par les étudiants.

L’offre et la demande

L’étudiant s’est basé sur le programme de tutorat SOS Tutoring offert au HEC, qui est également payant.

« Si eux le font, alors nous avons certainement le droit aussi. Nous payons des frais d’accréditation à l’AED et avons consulté un membre du personnel administratif de la Faculté de Droit avant de nous lancer. »

Justin Orléans avoue même qu’il serait prêt à cesser son programme si l’Université décidait d’en offrir un semblable qui serait proposé gratuitement aux étudiants.

« D’un autre côté, si il y a une demande, c’est qu’il y a un besoin des étudiants. Je ne veux pas que les étudiants soient handicapés par un manque de services alors tant qu’il y aura une demande, nous serons là », conclut celui qui obtiendra son barreau en automne prochain.

Contactée par Droit-inc, l’Association des étudiants en droit (AED) de l’Université s’est refusée à tout commentaire.