Revue 2018

L’on se souviendra de 2018 comme d’une année où toutes les principales catégories d’actifs risqués ont cédé du terrain, malgré l’absence d’une récession. 2008 était la dernière année où la valeur des titres avait baissé de façon généralisée.

Ce qui est plus surprenant et préoccupant, c’est que 2018 a été marquée par une forte croissance des bénéfices des sociétés, une faible inflation ainsi que des taux d’intérêt peu élevés ou négatifs dans la plus grande partie du monde.

L’année a démarré sur une vague d’optimisme, vu la croissance synchronisée et vigoureuse de l’économie mondiale, qui a été encore plus stimulée par la réforme fiscale aux États-Unis.

Plus tard dans le courant de l’année, l’Europe ainsi que d’autres économies développées et émergentes ont vu leur croissance ralentir. Malgré ce ralentissement, les banques centrales dans le monde ont resserré leur politique monétaire, relevant leurs taux directeurs et réduisant la taille de leur bilan.

La hausse des taux directeurs, conjuguée à la réduction de la liquidité et au ralentissement de la croissance a fortement accru la volatilité des actifs risqués.

Au Canada, les risques planant sur la croissance étaient liés à l’habitation, aux échanges commerciaux ainsi qu’aux prix de l’énergie dans ce pays. À ces risques s’est ajoutée l’incidence du relèvement des taux d’intérêt sur les secteurs fortement endettés des ménages et des entreprises.

Les taux obligataires canadiens ont enregistré une hausse marquée au début de l’année, en particulier les taux à court terme.

En revanche, les taux à long terme ont clôturé l’année près du niveau où ils l’avaient commencée. Et finalement, le marché boursier canadien a terminé l’année sur un recul de presque 9 %, avec les secteurs plus cycliques pesant lourdement sur le rendement.

Perspectives

La croissance de l’économie mondiale semble avoir atteint son sommet et avoir commencé à ralentir. Les bénéfices annoncés par les sociétés, les commentaires des équipes de direction, les indices des directeurs d’achats ainsi que les dernières données sur le produit intérieur brut font tous ressortir une décélération de l’activité économique.

Par conséquent, nous prévoyons une croissance moins rapide de l’économie en 2019, laquelle devrait continuer de ralentir en 2020. La volatilité devrait demeurer un des thèmes dominants du marché en 2019, les investisseurs étant aux prises avec l’incertitude liée au ralentissement de la croissance économique.

En outre, nous prévoyons que les évaluations des sociétés fluctueront de façon persistante, car les investisseurs tenteront de déterminer quand se produira la prochaine récession et rajusteront leurs prévisions en conséquence.

Bref, notre scénario de base repose sur une croissance économique positive mais ralentissante. Cependant, nous ne tablons pas sur une baisse considérable et ne croyons pas qu’une récession est imminente.

Les perspectives de croissance sont moins favorables au Canada qu’aux États-Unis, à cause principalement des difficultés du secteur de l’énergie et de l’endettement élevé des consommateurs.

Toutefois, l’économie canadienne demeure aussi en territoire positif. Plusieurs risques planent sur nos perspectives, en premier lieu la détérioration considérable de l’économie chinoise et son incidence à l’échelle mondiale.

Mais nous demeurons optimistes que la Chine mettra tout en œuvre pour éviter un ralentissement marqué de son économie. Initialement, les effets secondaires bénéfiques se propageront aux économies avoisinantes, suivi de près par les marchés européens et finalement revigorera l’économie mondiale.


Fondée en 1982, Gestion de placements Connor, Clark & Lunn (CC&L) est l’une des firmes de gestion de fonds les plus en vue au Canada.

Elle gère des actifs de plus de 50 milliards de dollars. CC&L fait partie du Groupe financier Connor, Clark & Lunn Ltée, une société de gestion de placements dotée d’une structure multientreprise, dont les sociétés affiliées gèrent collectivement un actif financier de plus de 76 milliards de dollars pour le compte de clients institutionnels et de particuliers.

Depuis ses débuts, la philosophie d’investissement de CC&L se fonde sur la préservation du capital tout en offrant un rendement supérieur à long terme grâce à un processus d’investissement constant et discipliné qui combine une stratégie descendante pour les secteurs et une approche fondamentale ascendante pour la sélection des titres. CC&L préconise de solides entreprises offrant de fortes perspectives de croissances à des prix attrayants et ce dans un contexte de risque acceptable.

CC&L participe à la gestion des Fonds de placement du Barreau du Québec depuis 2006.