Jody Wilson-Raybould & Thomas Cromwell.
Jody Wilson-Raybould & Thomas Cromwell.
Le rôle de l’ex-juge de la Cour suprême Thomas Cromwell est de conseiller Jody Wilson-Raybould sur la nature des informations qu’elle peut légalement dévoiler.

Dans la foulée de la démotion de la ministre Wilson-Raybould, au début du mois, cette dernière avait insisté sur l’importance pour un ministre de la Justice de défendre la règle de droit.

Des informations circulent depuis quelques jours à l’effet que la députée libérale du comté de Vancouver-Granville a fait cette sortie pour dénoncer les pressions qu’elle aurait subi de la part du bureau du premier ministre pour régler le dossier SNC-Lavalin à l’amiable.

Le géant mondial de l’ingénierie fait face à la justice criminelle pour une affaire de corruption avec le régime lybien à l’époque de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi.

Jody Wilson-Raybould aurait refusé de permettre le retrait des accusations de corruption pesant contre SNC-Lavalin, ce qui aurait poussé les proches collaborateurs de Justin Trudeau à faire pression sur elle et, éventuellement, à la déloger du ministère de la Justice.

Depuis cet épisode, Jody Wilson-Raybould demande à Justin Trudeau de la relever de son obligation de secret professionnel afin qu’elle puisse expliquer publiquement ce qui s’est réellement passé dans cette affaire.

L’ex-ministre s’est donc adjoint les services de Thomas Cromwell, qui a pris sa retraite de la Cour suprême en 2016. Il est devenu avocat-conseil principal chez BLG à Ottawa en 2017.

Jody Wilson-Raybould a retenu les services de l’ex-juge afin de baliser ce qu’elle peut «légalement» dévoiler de cette affaire, sans briser le secret professionnel qui la lie au gouvernement canadien, dont elle fût l’avocate générale à titre de ministre de la Justice.