Sophie Gagnon, directrice générale de la clinique..
Sophie Gagnon, directrice générale de la clinique..
Alors que le mois de la justice bat son plein, la clinique juridique Juripop et l'UQAM proposent le 28 février prochain un colloque de clôture sur le thème des non-avocats comme moyens d'accès à la justice.

« Depuis les années 80, on assiste à une désaffection à l'égard des tribunaux civils au Québec, notamment parce que la représentation par avocat coûte trop cher. Chez Juripop, on cherche différentes manières de faciliter l'accès à la justice et le recours aux non-avocats est une des solutions », nous a expliqué Sophie Gagnon, directrice générale de la clinique.

Par non-avocats, on entend généralement les parajuristes, bien sûr, mais également les étudiants en droit et les amis McKenzie. Ces derniers sont autorisés à s'asseoir en cours à côté d'une personne qui se représente seule pour l'aider et la soutenir.

Le Québec est en retard

L'objectif du colloque est donc de proposer une réflexion sur ldroe sujet. « Cette réflexion se fera notamment par rapport à ce qui se fait dans le reste du pays. Le Québec est la province qui est la plus en retard sur cette question-là », commente Me Gagnon.

Au cours de cette journée, les chercheurs du groupe Adaj (pour « Accès au droit et à la justice ») viendront présenter les résultats de leurs recherches. Des membres de la magistrature interviendront également pour partager leurs expériences en cours.

Ce colloque s'adresse à tous, y compris aux avocats dans le cadre de la formation continue. Il se tiendra dès 9h à l’hôtel Renaissance.