Le chien qui a attaqué, selon des témoins, deux enfants dans l'arrondissement de Montréal-Nord. Photo: Courtoisie / Sylvain Proulx.
Le chien qui a attaqué, selon des témoins, deux enfants dans l'arrondissement de Montréal-Nord. Photo: Courtoisie / Sylvain Proulx.
Un juge vient de refuser de casser l'ordre d'euthanasie prononcé par la municipalité.

Après cette attaque hautement médiatisée, l'arrondissement de Montréal-Nord a déclaré l'animal « chien dangereux ».

Sa propriétaire, Christa Frineau, s'est présentée devant le tribunal pour demander qu'il soit remis à un refuge situé aux États-Unis plutôt que mis à mort.

Dans sa décision rendue mardi, le juge Lucasz Granosik de la Cour supérieure a refusé cette demande.

D'abord, il juge que la propriétaire a trop tardé avant d'attaquer la décision de l'arrondissement décrétant l'euthanasie.

Quant au refuge américain, il n'a pas le droit de formuler une demande devant un tribunal québécois, tranche le magistrat.

Finalement, le règlement dont s'est servi l'arrondissement de Montréal-Nord est valide, juge-t-il, malgré les efforts de Mme Frineau pour le faire déclarer inopérant.

Rappelons que Me Anne-France Goldwater avait plaidé deux heures pour la cause du chien.