Me Julien Archambault.
Me Julien Archambault.
Me Julien Archambault vient d’être nommé associé chez LCM Avocats après deux ans et cinq mois de pratique au sein du cabinet.

« Je suis très heureux et flatté de me joindre aux sept associés du cabinet. J’apprécie beaucoup leur confiance. On va réussir de belles choses à l’avenir! », a réagi le trentenaire au bout du fil.

Ce qui lui a permis de se distinguer?

«Je dirais que c’est un mix de choses. D’abord, j’ai eu la chance de travailler avec des gens exceptionnels qui m’ont appris le métier d’avocat et donné de bonnes bases. Ensuite, je pense que les collègues, les clients mais aussi les associés ont apprécié l’effort et l’implication que je mets dans les dossiers. »

Auparavant, le Barreau 2009 a exercé presque sept ans au sein du cabinet DLA Piper à titre d’avocat spécialisé en litige et en insolvabilité et restructuration, ainsi qu’environ un an chez BCF.

Diplômé en droit de Sherbrooke (2008), ses domaines de pratique couvrent le litige civil et commercial, le droit de la copropriété, la restructuration mais aussi tout particulièrement des dossiers en matière d’insolvabilité et de droit de la construction.

« Ce sont deux domaines de pratique à l’intersection l’un de l’autre. On trouve beaucoup de dossiers en construction avec des éléments d’insolvabilité. Pour autant, les deux domaines ne se ressemblent pas. En construction, ce sont des dossiers de longue haleine, en insolvabilité la période est plus restreinte. C’est bien d’équilibrer les deux dans une carrière.»

Une clientèle diversifiée

Dans le domaine de la construction, Me Archambault représente entre autres des donneurs d’ouvrage, des promoteurs, des entrepreneurs généraux, des fournisseurs mais aussi des propriétaires d’immeubles et des syndicats de copropriété.

Dans sa pratique en insolvabilité, il représente des syndics, des créanciers ordinaires et garantis, des débiteurs, etc.

Il a également représenté des sociétés privées et publiques œuvrant en génie-conseil dans les domaines de la structure et de la géotechnique, en mécanique de procédé, en fabrication et installation de produits spécialisés et en production et entretien d’équipements dans les secteurs minier et technologique de pointe.

S’il avait un conseil à donner à des avocats qui souhaiteraient accéder comme lui au rang d’associé, ce serait de ne pas trop y penser justement.

« L’objectif devrait plutôt être de développer de bonnes connaissances en droit, une expertise, prendre ça à coeur et demeurer une personne intègre et de confiance. Ensuite, devenir associé est la conséquence de cela. Les choses tombent par elles-mêmes. »

Désormais, en plus de solidifier son expertise dans ses domaines de pratique, il a pour objectif de contribuer au succès et au développement de LCM Avocats.

« Comme le disent certains, c’est maintenant que le travail commence ! »