De beaux projets attendent Me Louis Riverin.
De beaux projets attendent Me Louis Riverin.
Me Louis Riverin a été élu le 1er mai dernier bâtonnier de Québec, succédant ainsi à Me Maryse Carré.

Membre du Barreau depuis 1990, Me Riverin agit comme avocat chez Revenu Québec depuis 2012. Il a exposé à Droit-Inc la vision de son mandat à la tête de ce Barreau qui compte 4 200 membres.

Droit-Inc : Qu'avez-vous ressenti en apprenant que vous étiez élu?

Me Louis Riverin : J'ai ressenti une grande joie et de la fierté, mais aussi de l'humilité face à la tâche qui s'annonce et aux choses qui doivent être faites.

Justement, quelles sont vos priorités en tant que bâtonnier?

L'objectif n° 1, c'est la santé mentale des membres. La situation a été dénoncée pendant la campagne, particulièrement au niveau de la pratique criminelle. On va articuler ça de différentes façons.

Dans un premier temps, il y aura un volet prévention, pour démystifier les problèmes de santé mentale. Dans un deuxième temps, il y aura un volet touchant à notre pratique. Un comité de liaison identifiera les causes et des solutions pour ensuite s'adresser aux tribunaux et voir comment on peut modifier la pratique.

Il y aura aussi un volet support avec la mise en place d'un mentorat avec des avocats volontaires pour aider les plus jeunes procureurs. Ça passera aussi par la signature d'un partenariat en psychologie pour aider nos membres. La solution va peut-être passer par le Barreau du Québec qui a mis en place un Programme d’aide aux membres du Barreau (PAMBA).

Avez-vous d'autres priorités?

Les technologies de l'information. Nous allons offrir de la formation sur les outils technologiques qui sont à notre disposition. À Québec, il existe déjà une formation donnée par le juge Clément Samson de la Cour supérieure sur les procès sans papier. L'idée est d'aller chercher un projet pilote qui pourrait être implanté dans le district de Québec. On va aussi collaborer avec le Barreau du Québec sur la question des tarifs de l'aide juridique.

Est-ce que le barreau de Québec fait face à des défis particulier?

Une des particularités du district c'est qu'il y a beaucoup de juristes de l'État. Il existait jusqu'en 2013 la Conférence des juristes de l'État financée par Justice Québec. Elle va à nouveau se tenir le 20 juin prochain en collaboration avec l'Université Laval. Ce sera une journée complète de formations qui va regrouper près de 700 juristes. Ensuite, il va falloir assurer la pérennité de cet événement.

Cette année, le conseil m'apparaît très représentatif de la diversité du Barreau de Québec. Je travaille en contentieux, la première conseillère, Me Caroline Gagnon, pratique dans un petit bureau. Le trésorier, Me Pierre Marc Bellavance est vice-président aux affaires juridiques de La Capitale groupe financier et nous avons aussi un conseiller procureur de la Couronne. Ce sont des gens représentatifs de la pratique du droit en 2019, il y donc a une belle synergie pour représenter l'ensemble de nos membres.