L'avocat Sébastien Lapointe a envoyé à Droit-inc un passage plutôt original.
L'avocat Sébastien Lapointe a envoyé à Droit-inc un passage plutôt original.
Les modalités contractuelles que propose Amazon en rapport avec les services d'infonuagique offerts par Amazon Web Services ne manquent pas de surprendre les lecteurs.

Du moins, ceux qui auront la patience de venir à bout des 40 000 mots dont se compose cette note.

L'avocat Sébastien Lapointe fait pourtant partie des courageux et a envoyé à Droit-inc un passage plutôt original.

On peut y lire que ces restrictions ne s'appliqueront pas dans le cas d'une infection virale transmise par des morsures ou par le contact avec des fluides corporels impliquant que des cadavres humains reviennent à la vie et cherchent à consommer de la chair humaine vivante, du sang, des tissus cérébraux ou nerveux et pourrait aboutir à la chute d'une civilisation organisée.

Me Lapointe résume plus clairement : « bon à savoir qu’Amazon ne niera pas sa responsabilité en cas d’incident lié à une attaque de zombies. Je suis certain que cela en rassurera plus d’un. En attendant, si je ne pensais pas déjà à la marque AMAZON quand je pense au divertissement, j'y penserai dorénavant, pas de doute! ».

Comme quoi, parfois ça vaut le coup d'aller au bout...