Me Jamie Benziri, Legal Logik.
Me Jamie Benziri, Legal Logik.
La grande majorité des cabinets ont déjà embauché leurs futurs stagiaires pour cet été. Pour réussir, les juristes en herbe devront non seulement travailler avec ardeur, mais également déployer un large éventail de qualités.

Voici quelques conseils.

Jamie Benziri, Legal Logik :

- Faire preuve de curiosité
- Comprendre la culture du cabinet

Me Benizri a une nouvelle stagiaire qui arrive la semaine prochaine. Pour lui, le choix se fait beaucoup en fonction de la personnalité, mais pas seulement.

« Tous les stagiaires auront des préférences selon ce qu'ils ont vécu à l'université. Certains vont préférer le droit criminel, d'autres le droit du travail ou le droit des affaires. Moi je cherche toujours un esprit un peu plus ouvert, je cherche des gens curieux, prêts à se lancer des challenges peu importe le domaine », explique-t-il.

L'avocat cherche aussi quelqu'un qui va bien se mêler à la culture d'entreprise et bien s'intégrer dans l’équipe.

« Ce n'est pas une condition d'avoir travaillé ailleurs, mais c'est toujours un plus d'avoir vécu des expériences dans d'autres sphères de vie », ajoute-il. Il pense notamment à la restauration ou toute autre tâche dans laquelle le sens du service à la clientèle est important.

« Ça arrondit le caractère et la personnalité », assure-t-il.

Me Lu Chan Khuong, LCK avocats.
Me Lu Chan Khuong, LCK avocats.
Lu Chan Khuong, LCK avocats :

- Avoir l’esprit vif
- Se servir de ses expériences personnelles

« Je n'ai pas besoin de quelqu'un qui va me faire un café, mais de quelqu'un qui me le ramène à la base », affirme d’emblée l'ancienne bâtonnière.

Si l’on compare aux visions de certains de ses confrères - voire même à la sienne - celles des jeunes finissants ont davantage le sens des réalités, dit-elle.

Elle ajoute qu'elle ne veut pas quelqu'un qui soit un simple exécutant. « Je veux qu'il soit capable de me poser des questions et de se poser des questions », dit-elle.

L'avocate qui a récemment lancé son propre cabinet rappelle que le stage n'est pas une épreuve, mais bel et bien une opportunité tant pour l'étudiant que le cabinet.

« C'est le seul moment où il peut faire des erreurs sans trop en vivre les conséquences », explique-t-elle en ajoutant que le stagiaire doit aussi être capable de challenger son maître de stage.

Concernant les résultats académiques, Me Khuong estime que ce n'est pas vraiment le critère le plus important. Elle préfère des gens qui ont un autre vécu que simplement les bancs de l'université.

« Je vais privilégier les gens qui auront échangé avec d'autres personnes, qui auront vécu la vie, plutôt que ceux qui ont des notes parfaites. La plupart n'ont qu'un objectif, celui de passer des étapes, mais c'est aussi important de s'impliquer ailleurs. Celui qui est tout le temps à la bibliothèque, il ne travaille que la théorie », conclut-elle.

Me André Dufour, Borden Ladner Gervais.
Me André Dufour, Borden Ladner Gervais.
André Dufour, Borden Ladner Gervais :

- Préférer la qualité sur la quantité
- Avoir l'esprit d'équipe

Me André Dufour résume les attentes du cabinet en trois éléments essentiels : la qualité, la fiabilité et l'engagement.

« Quand je parle de qualité, je parle de l'excellence professionnelle par rapport à la productivité. Par exemple, nous allons remarquer un mémo très bien fait, plutôt qu'un grand volume de travail qui a été accompli. Nous privilégions la qualité sur la quantité », détaille-t-il.

L'associé concède que pour les étudiants et futurs stagiaires, il est toujours difficile de gérer les attentes des avocats, mais c'est important qu'ils soient transparents.

« S'ils n'arrivent pas à gérer les mandats qu'ils ont, ils faut qu'ils demandent de l'aide, on ne va jamais le leur reprocher. On va plutôt leur reprocher qu'ils ne respectent pas les délais qu'on leur avait fixés », dit-il.

Les stagiaires doivent aussi se rappeler qu'ils « sont là pour s'entraider et se soutenir. Ce n'est pas chacun pour soi, c'est un travail d'équipe ».

Enfin, BLG cherche des étudiants qui sont prêts à devenir des ambassadeurs du cabinet. « On veut qu'ils s'appliquent à bien connaître le cabinet, qu'ils participent aux activités sociales, qu'ils soient pro-actifs dans le développement de leurs relations avec les autres stagiaires, mais aussi tout le personnel du cabinet. On veut sentir que dès le premier jour, ils se sentent impliqués et qu'ils se soucient du bien être collectif », dit encore Me Dufour.

Me Bruce W. Johnston, Trudel Johnston Lespérance.
Me Bruce W. Johnston, Trudel Johnston Lespérance.
Bruce W. Johnston, Trudel Johnston Lespérance :

- Vouloir améliorer la société
- Capacité d'autonomie

La première chose qu'observe Me Johnston lorsqu'il reçoit une candidature, c'est si le stagiaire potentiel a les valeurs qui correspondent au cabinet.

« Nous cherchons des gens qui ont pour vocation d'améliorer la société, et que cela se voit dans leur vécu personnel. Nous voulons aussi qu'ils soient capables d'être assez autonomes rapidement, car on a des dossiers qui offrent un certain niveau de responsabilité », explique l'avocat qui ajoute que les résultats scolaires doivent également être « impressionnants ».

Le stagiaire doit aussi avoir une attitude constructive. « La meilleure idée gagne peu importe d'où elle vient chez nous, donc c'est très démocratique et peu hiérarchique, désir de travailler en collaboration. »

Selon lui, une carrière est longue et l'intégrité dans la pratique est le gage d'une pratique qui sera utile pour la communauté, « mais aussi beaucoup plus enrichissante pour la personne »,conclut-il.

Me Joëlle Boisvert, Gowling WLG.
Me Joëlle Boisvert, Gowling WLG.
Joëlle Boisvert, Gowling WLG :

- De bons résultats académiques
- Partager les valeurs du cabinet

L'associée de Gowling WLG ne cache pas que les résultats académiques ont une certaine importance lorsque le cabinet cherche des stagiaires ou des étudiants pour l'été. Elle parle d'une « feuille de route reluisante ». Mais ce n’est pas tout…

« On accorde aussi une très grande importance au profil de l'individu pour qu'il y ait une adéquation entre le candidat et l'organisation. Nous voulons qu'il partage nos valeurs d'ouverture, de collaboration et d'entraide. Ces éléments sont très importants », dit Me Boisvert.

Par la suite, l'associée attend d'eux qu'ils aient une « approche client avec les avocats qui vont leur confier des dossiers. Ils doivent utiliser leur stage pour interagir avec les avocats qui leur confient des mandats comme si c'était des clients ».

Le stage est pour elle l'occasion de mieux voir si le cabinet leur correspond. « C'est une fois qu'on a les deux pieds dans l'organisation qu'on peut s'assurer qu'il y a une adéquation entre ce qu'on cherche et ce qu'on y trouve », ajoute-t-elle.

C'est aussi le moment pour le stagiaire de faire un peu le tour des différents groupes de travail pour identifier lequel lui conviendrait le mieux.