Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
Les incertitudes provoquées par la COVID-19 touchent tous les secteurs de l’économie québécoise.

Les cabinets d’avocats, loin d’être insensibles, prennent les choses en main et réagissent. Mais comment s’y prennent-ils?

En ces circonstances, disons-le, particulières, Droit-inc vous offre un tour d’horizon adapté. Voici notre sélection d’initiatives adoptées par des cabinets montréalais pour limiter les risques de propagation de la COVID-19 et protéger la santé de leurs employés, clients et collaborateurs.

BCF Avocats d’affaires

Le cabinet BCF ne lésine pas sur les moyens. Outre l’annulation de voyages d’affaires, l’entreprise limite l’accès à ses locaux.

Vous éprouvez des symptômes liés au coronavirus? Restez chez vous. L’accès vous sera refusé.

BCF ne prévoit aucune interruption de ses services professionnels. Pour le moment, le cabinet propose à ses clients de privilégier les conférences téléphoniques et la vidéoconférence.

Bélanger Sauvé

Même son de cloche du côté de Bélanger Sauvé. Ses bureaux demeurent ouverts, mais le cabinet invite son personnel-avocat à opter pour le télétravail.

L’entreprise se veut rassurante : elle continuera d’offrir ses services, advenant une fermeture de ses locaux. En attendant, elle a adopté de nouvelles mesures d’hygiènes pour renforcer l’aseptisation de ses locaux.

De Grandpré Chait

De Grandpré Chait prend la pandémie très au sérieux.
Le cabinet met tout en œuvre pour aider sa clientèle et minimiser les conséquences de la suspension des activités judiciaires.

Fasken

Aucun doute : Fasken participe aux efforts de lutte contre l’éclosion de la COVID-19.

Fasken dispose, à ce titre, de structures technologiques, qui facilitent le travail à distance.

Le cabinet impose également à ses employés de demeurer attentifs. L’entreprise leur demande de surveiller l’apparition de symptôme et a opté pour le télétravail, s’ils en manifestent.

Langlois avocats

Le cabinet Langlois se dit solidaire de son personnel et de ses clients. L’entreprise a adopté, ces dernières semaines, plusieurs initiatives pour veiller à la sécurité et à la santé de son personnel et de ses clients.

Son plan d’action, sans surprise, comprend trois axes : le maintien du service client, l’annulation des événements Langlois et le renforcement de ses politiques d’hygiènes.

Lavery Avocats

Lavery n’est pas l’un des principaux cabinets du Québec pour rien. L’entreprise a rapidement adopté des mesures musclées. Elle a suspendu, jusqu’à nouvel ordre, non seulement les voyages internationaux, mais aussi les déplacements de son personnel au Canada.

Dans le même ordre d’idée, Lavery Avocats déconseille à ses employés tous voyages personnels à l’extérieur du Québec.

Osler, Hoskin & Harcourt

Osler, Hoskin & Harcourt se distingue : le cabinet à effet annoncé la formation d’une équipe spéciale. Cette équipe est chargée de suivre l’évolution de la pandémie de COVID-19 en temps réel et d’adopter des mesures appropriées pour aider le personnel et les clients du cabinet.

Spiegel Sohmer

Spiegel Sohmer maintient ses activités, mais suit de près les recommandations de Santé Canada.

Le cabinet a annulé la plupart de ses réunions, hormis celles disposant d’une raison commerciale valable. Dans le cadre de ces réunions, les personnes présentes devront conserver une distance de deux mètres entre eux. Celles de 10 personnes et plus se dérouleront à distance.

Therrien Couture Joli-Cœur

Therrien Couture Joli-Cœur a formé une équipe, chargée de traiter les informations transmises par les autorités gouvernementales au sujet de la pandémie.

Cette équipe met en œuvre les mesures appropriées pour garantir la sécurité des employés, des clients et des collaborateurs du cabinet. Les bureaux de Thierrien Couture Joli-Cœur demeurent ouverts pour le moment.