Stikeman Elliott a en effet représenté Sinopec, alors que Fasken Martineau a fait de même pour Addax Petroleum et qu’Osler a conseillé son conseil d’administration.

Une entreprise chinoise achète un concurrent suisse et voilà que trois cabinets canadiens sont dans le deal.

Pas mal!

D'autant plus que cette transaction est d'une grande complexité, selon les avocats, cités dans le Wall Street Journal.

Rappelons-le, Sinopec Group, le premier groupe chinois de raffinage, a annoncé mercredi qu'il allait racheter le groupe Addax Petroleum pour 52,8 dollars canadiens par action.

L’opération lui coûtera plus de 7,2 milliards de dollars américains.
Son offre représente une prime de 47% sur le précédent cours de clôture en bourse de Toronto.

Pour Sinopec, ce rachat constitue une transaction de transformation structurelle, car elle va permettre au groupe d'optimiser la valeur de ses actifs d'hydrocarbures offshore.

"Le potentiel d'exploration d'Addax Petroleum, en particulier ses projets d'exploration offshore en eaux profondes, fournira à Sinopec une solide base de développement", indique le communiqué.

Addax Petroleum, coté à Londres et à Toronto et dont le siège social est à Genève, est un des plus grands producteurs pétroliers indépendants en Afrique de l'ouest et au Moyen-Orient. Il a produit quelque 140 000 barils de pétrole par jour (équivalent à 7 millions de tonnes par an) en 2008.