Me Mendelsohn a brièvement conversé avec Droit-inc.com, dans la foulée de la fusion Lapointe Rosenstein et Marchand Melançon Forget.

Son bureau à lui, McMillan, a fusionné il y a cinq ans avec une structure en Ontario pour faire des affaires dans les deux grandes villes du Canada, Montréal et Toronto.

Il soutient qu’une fusion permet de bâtir une meilleure infrastructure sur les plans du recrutement, de la formation et de l’évaluation des avocats, ce qui en bout de ligne profite au client. Ça c’est pour la théorie, car en pratique c’est une autre histoire…

« Quand on fusionne, on se rend compte qu’il n’y a pas deux bureaux qui se ressemblent, alors il faut de la patience et de la flexibilité », dit-il.

Il souligne qu’il faut mêler les groupes pour que chacun oublie ses habitudes. C’est d’ailleurs souvent sur des petits détails que ça coince. Bref, il faut que chacun prenne ses marques.

« Chez nous, c’est toujours en train de se faire. »

C’est pourquoi il suggère l’humour et la bonne humeur pour mieux faire passer les choses et éviter les grincements de dents.

« Le mariage, c’est facile. La vie ensemble, voilà où est le test », conclut-il.