Sandra Burt, 56 ans, avait commencé à chanter sur son lieu de travail, après que son employeur ait reçu un avertissement de la Performing Right Society (PRS). L’organisme, chargé de collecter les droits d’auteur sur les œuvres musicales diffusé au public, avait interdit au responsable du magasin de retransmettre la radio à ses clients, tant qu’il ne s’était pas acquitté des droits pour le faire.

« Lorsque j’ai appris que la PRS voulais me poursuivre parce que je n’avais pas de licence, j’ai pris cela pour une blague et j’ai bien ri », a commenté l’intéressée, employée d’une épicerie en Ecosse.

L’épicerie avait, à la suite de l’avertissement, cessé toute diffusion musicale dans le magasin. Enfin presque … une employée modèle ayant remplacé la radio et pris l’habitude de chanter en travaillant, entraînant une nouvelle colère de la PRS.

Les démarche de la PRS contre Sandra Burt ont fait grands bruits et suscité pas mal de moqueries Outre-Atlantique.

Suffisamment pour que l’organisme fasse marche arrière. La PRS vient même d’adresser un bouquet de fleurs à Sandra, accompagné d’un mot d’excuses.

« Nous sommes vraiment désolés, nous avons fait une grosse erreur. Nous avons entendu que vous aviez une jolie voix de chanteuse et nous vous souhaitons bonne chance », lui a-t-il écrit.

Bonne pub en tous cas pour A&T Food où Sandra travaille, qui devrait maintenant pouvoir se payer une licence pour les droits d’auteur.

Pour plus de détails (en anglais), cliquez ici