Droit-inc.com : Comment vous sentez-vous ?

Heureux évidement, parce que même en s’impliquant dans son travail, comme je l’ai fait, il n’y a jamais aucune garantie de devenir associé. J’ai également quelques appréhensions face aux nouvelles responsabilités qui pèsent sur moi.

Quand avez-vous appris votre nomination ?

L’association m’a été proposée lors de mon évaluation annuelle, début décembre et je l’ai acceptée aussitôt.

Est-ce que vous vous en doutiez ?

Non, pas du tout. Mais cette proposition est arrivée une semaine après que j’ai été nommé meilleur avocat AJBM en litige civil et commercial, ce qui m’avait rassuré sur mes qualités pour la profession.

Qu’avez-vous fait à l’annonce de cette nomination ?

J’ai appelé ma femme, parce que cette réussite, je la lui dois également. La profession est si exigeante qu’elle empiète forcement sur la vie personnelle. Cela demande d’avoir un conjoint compréhensif. Après, j’ai continué ma journée de travail normalement.

Et, comment ont réagi les membres du cabinet ?

De façon chaleureuse. Dans la demi-heure de l’annonce, qui a eu lieu en décembre également, j’ai reçu plus de cinquante courriels de félicitations.

Comment avez-vous fait pour parvenir à cette association ?

Cette nomination, c’est l’aboutissement de 10 ans de travail et d’implication dans le milieu juridique. Et, le plus facile, c’est finalement, le travail dans les dossiers. Il y a tous les à-côtés qui prennent un temps et une énergie considérables. En particulier, j’ai beaucoup enseigné, écrit et participé à des conférences. Pour pouvoir le faire, il faut vraiment aimer la profession.

Que voyez-vous désormais pour votre pratique ?

Je veux développer ma pratique de contentieux en appel et je dois m’investir résolument dans le développement des affaires.

Est-ce que vous avez ressenti le besoin de prendre conseils auprès d’autres associés du cabinet pour entrer dans vos nouvelles fonctions ?

Pas réellement depuis que j’ai été nommé associé car je connais mes nouvelles attributions. En revanche, avant d’être nommé, j’ai beaucoup parlé de la profession, de la pratique et du développement des services à la clientèle avec Wilfrid Lefebvre, que je considère comme mon mentor et avec Jules Charette également.