Dans une motion déposée devant un tribunal de Chicago en fin de journée, lundi, les avocats de Conrad Black soutiennent que la juge Amy St. Eve devrait, en tenant compte de la crédibilité des témoins entendus, accorder un nouveau procès à leur client.

La cour doit évaluer le poids de la preuve et accorder un nouveau procès si la preuve prépondérante va à l'encontre du verdict, auquel cas le maintien de ce verdict constituerait un déni de justice, indiquent les documents déposés en cour.

Au cours du procès de l'ex-magnat de la presse, les avocats de la défense avaient passé beaucoup de temps à tenter de miner la crédibilité du témoin vedette de la poursuite, David Radler, en disant que l'ex-associé d'affaires de Black était un criminel notoire qui dénonçait son ancien ami pour obtenir une entente de faveur des procureurs.

Radler, le bras droit de Black au groupe de presse Hollinger International, a plaidé coupable à une accusation de fraude avant le procès de Black, en échange d'une amende de 250 000 $ US et d'une peine clémente. Il a aussi accepté de témoigner pour la poursuite.