Grâce à un cabinet originaire de Saint-Hyacinthe qui a eu la bonne idée d'ouvrir un deuxième bureau en bordure de l'autoroute 10, juste en face du Quartier Dix30, à Brossard.

Me Normand Therrien a une vue sur le cinéma et le Walmart de son bureau
Me Normand Therrien a une vue sur le cinéma et le Walmart de son bureau
«De la fenêtre de mon bureau, on aperçoit le gros complexe du cinéma et le Walmart!», dit l'associé Normand Therrien, 47 ans, qui a fondé Therrien Couture dans le sous-sol de la maison de ses parents, en 1992.

Gros succès depuis son ouverture en 2006, le Quartier Dix30 n'en finit plus de faire des petits. En plus des commerces qui y poussent comme des champignons et des résidences de luxe qui s'y sont greffées pas très loin, c'est au tour des services professionnels de profiter de la fréquentation de ce lifestylecenter, qui pourrait bientôt dépasser le cap des 20 millions de visiteurs par année, selon son promoteur Devimco.

Sans faire trop de bruit, plusieurs firmes de comptables - Raymond Chabot, Deloitte, Lehoux Boivin, etc. -, consultants de toutes sortes, clinique médicale privée et institutions financières se sont installés dans le quartier des affaires, de l'autre côté de l'autoroute 10. Therrien Couture est le premier cabinet d'avocats et, pour le moment, le seul des alentours.

«C'est un peu le prolongement du centre-ville de Montréal», dit Normand Therrien, qui s'attend à de la concurrence dans les prochains mois.

Des clients montréalais

Pour Therrien Couture, la décision de s'installer dans ce coin a été prise l'an dernier. Réunis en retraite annuelle, les associés cherchaient une façon de gérer la croissance du cabinet - plus de 25% annuellement. Deux scénarios étaient sur la table: agrandir le bureau de Saint-Hyacinthe ou en ouvrir un deuxième plus près de Montréal. Ils ont choisi la deuxième option.

«De plus en plus de nos clients font des affaires à Montréal et sur la Rive-Sud, on voulait se rapprocher d'eux», explique Me Therrien, qui vient d'ouvrir ce mois-ci un troisième bureau, cette fois à Sherbrooke. Il souligne que le cabinet avait aussi de la difficulté à recruter des avocats - ou à les retenir - à Saint-Hyacinthe. En ayant pignon sur rue à Brossard, proche du pont Champlain, sans le désavantage d'avoir à le traverser tous les jours, les dirigeants ont fait le calcul de solutionner ces deux problèmes.

Bonne décision!

Car depuis l'ouverture, il y a huit mois, le bureau roule à pleine vapeur et recrute même des avocats de grands cabinets montréalais!

Le nouveau bureau de Therrien Couture profite en effet de ce nouveau pôle économique et commercial. Grâce au référencement des autres professionnels, il a obtenu plusieurs mandats de PME de la région mais aussi d'à peu près toutes les institutions financières. Mieux, un peu comme les consommateurs, certaines entreprises montréalaises se déplacent maintenant pour rencontrer leurs avocats de la Rive-Sud. En fait, près de 40% des mandats juridiques du bureau de Brossard proviennent de PME de Montréal.

Moins cher... même qualité

Il faut dire que ça vaut la peine, parfois, de traverser les ponts. À Montréal, dans un grand bureau, un avocat en droit des affaires de trois à cinq ans d'expérience facture environ 300$ l'heure. À Brossard, pour ce prix-là, les clients ont droit aux services du patron et à ses 24 ans d'expérience.

«À Montréal, je coûterais 600$ l'heure!», dit Normand Therrien, qui ajoute que le rapport qualité/prix est bien meilleur que dans les grands bureaux.

Le type de clientèle est légèrement différent. À Saint-Hyacinthe, le bureau est bien connu pour servir l'industrie agricole et agroalimentaire. À Brossard, la clientèle est plus variée: des fabricants de produits alimentaires, des distributeurs, des manufacturiers, des entreprises technologiques... Cela va de la petite PME de 3 à 5 millions de dollars de chiffre d'affaires à celle qui brasse de plus grosses affaires - jusqu'à 100 millions.

Mais le cabinet est bien outillé pour répondre à toutes sortes de mandats. La dizaine d'avocats qui pratiquent en face du centre commercial font du droit des affaires, du litige bancaire et commercial, du droit du travail... bref une panoplie de domaines comme dans les grands bureaux de la métropole.

On recrute grâce au trafic!

Actuellement, le cabinet occupe 5000 pieds carrés de locaux de bureaux, mais les locataires ont déjà réservé autant d'espace pour ajouter du personnel. D'ici deux ans, Me Therrien espère que le bureau de Brossard emploiera une vingtaine d'avocats, tout comme à Saint-Hyacinthe et à Sherbrooke. Actuellement, les trois bureaux comptent une trentaine d'avocats.

C'est drôle à dire, mais les embouteillages qui font rager les automobilistes ravissent les associés de Therrien Couture. Pour eux, il s'agit d'un outil de recrutement! Car sur la 10, immobilisé en plein trafic en direction de Montréal, impossible de manquer l'enseigne géante du cabinet installée depuis septembre. Certains avocats qui habitent en Montérégie mais qui travaillent au centre-ville doivent sûrement y songer en la voyant tous les matins de leur auto. D'ailleurs, certains la voient tellement que le téléphone ne dérougit plus, dit Me Therrien. Récemment, un associé d'un grand bureau de Montréal a ainsi appelé la direction pour s'informer des possibilités d'embauche.

«Nous sommes en discussions, dit Normand Therrien. Ça devrait aboutir bientôt.»