Entré chez Osler Hoskin & Harcourt en 2002, Jean-Marc Leclerc y sera le temps... d'une décennie. Dix ans de pratique en litiges au sein du bureau de Toronto, un titre d'associé ne suffiront pourtant pas à le retenir.

Il vient de rejoindre Sotos.

Première motivation: l'avocat avait envie de passer à autre chose, et plus précisément un autre cabinet dont il avait pu voir la manière de pratiquer précédemment. "Il y a plusieurs motivations, explique-t-il. J'avais plusieurs litiges avec Sotos qui m'ont amené à collaborer avec eux; j'ai trouvé que c'était de bons gars donc je leur ai dit que j'aimerais travailler avec eux et ils ont dit 'oui'."

Me Leclerc souhaitait passer de l'autre côté de la barrière
Me Leclerc souhaitait passer de l'autre côté de la barrière
Seconde motivation pour l'avocat : passer de l'autre côté et voir les choses sous un autre angle. "Chez Olser, j'étais chargé de la défense de dossiers contre les recours collectifs alors que chez Sotos, j'avais l'opportunité de faire ces recours : je voulais donc passer de l'autre côté de la barrière", raconte-t-il.

Un passage réussi aux dires de l'intéressé, survenu au tout début du mois de janvier. Quant à la suite, elle s'annonce laborieuse pour le nouvel associé de Sotos. "Je vais continuer à exercer en recours collectifs et à offrir mes services en matière de franchises; je vais poursuivre ma pratique de la même façon que chez Osler mais pour un cabinet différent", conclut l'avocat.

Admis au barreau de l'Ontario en 2001, Me Leclerc est diplômé de la Queen's University.