... 8,73 millions de dollars, soit plus de 60 fois le revenu moyen net des avocats du pays et 20% de plus que l’avocat classé numéro 2.

En effet, selon le rapport de données du gouvernement fédéral “2011 Judicial Compensation and Benefits Comission”, l’avocat canadien le mieux payé du pays a gagné près de neuf millions de dollars en 2010, rapporte le Lawyers Weekly.

Selon les experts, même si le rapport ne mentionne pas les domaines de pratique, l’immensité du salaire laisse penser qu’il travaille dans les recours collectifs, les préjudices corporels ou le litige commercial.

En comparaison, le plus haut salaire gagné par un avocat montréalais est de 2,9 millions $ pour Montréal. Qui est-il ? Le mystère reste entier. Mais on peut essayer de le deviner...

L'avocat le mieux payé au Canada en 2010 a touché 8,73 millions $
L'avocat le mieux payé au Canada en 2010 a touché 8,73 millions $
L’information, extraite des renseignements fiscaux concernant des milliers d’avocats indépendants, a été dévoilée par l’Agence du revenu du Canada du Ministère de la Justice et reprise dans le rapport 2011 Judicial Compensation and Benefits Comission.

À des fins de comparaison, la commission a reçu du Département de la Justice un rapport actuariel et anonyme qui dresse un intéressant portrait des avocats du secteur privé au Canada.

Ce dernier présente les revenus professionnels nets annuels de plus de 20 000 avocats indépendants (solo et associés, pas de salariés) pour chacune des cinq années de 2006 à 2010 et énonce par centile les revenus des avocats, âgés de 36 à 69 ans, des dix plus grandes villes du pays.

Détails

Le rapport indique également que le deuxième revenu le plus élevé s’élève à 6,7 millions de dollars, gagnés par un avocat de Toronto, dont l’âge se situe entre 60 et 63 ans.

Le troisième est de 4,26 millions de dollars. L’avocat, entre 52 et 55 ans, a vraisemblablement exercé soit à l’extérieur des dix plus grandes villes soit à Toronto (le rapport ne précise pas).

Le salaire le plus élevé, par ville est de:
  • 6,7 millions pour Toronto;
  • 4,1 millions pour London;
  • 3,7 millions pour Vancouver;
  • 2,9 millions pour Montréal
  • presque 2 millions pour Calgary;
  • 1,8 millions pour Ottawa-Gatineau;
  • 1,6 millions pour la ville de Québec;
  • 1,3 millions pour Hamilton;
  • 1 million pour Winnipeg;
  • 867 942 dollars pour Edmonton.

Par groupe d’âge :
  • 3,1 millions pour les moins de 44 ans;
  • 3,4 millions entre 44 et 47 ans;
  • 2,5 millions entre 48 et 51;
  • 4,3 millions entre 52 et 55;
  • 4,1 millions entre 56 et 59 ans;
  • 6,7 millions de dollars pour les avocats entre 60 et 63 ans;
  • 8 millions pour ceux âgés de 64 ans et plus.

Notons par ailleurs que l’apparente corrélation entre l’âge et le revenu élevés n’est vrai que concernant les plus hauts revenus.

En effet, en 2010, et sur la base de ce qu’ont rapporté les avocats aux 65ème et 75ème centiles, le pic des bénéfices se situe entre 44 et 47 ans.

Leurs revenus respectifs sont de 237 941 et 331 799 dollars. En revanche, pour les mêmes centiles, ils ne sont que de 192 377 et 274 245 dollars pour ceux âgés de 56 à 59 ans.

À l’instar des quatre dernières années, les avocats de Toronto et de Calgary sont les mieux rémunérés, dans la quasi-totalité des centiles.

Aussi, les niveaux de rémunération ont dépassé le taux d’inflation. Par exemple, un avocat torontois au 50ème centile a touché un salaire de 202 000 dollars en 2010, soit une augmentation de plus de 17% par rapport à 2006.

Enfin, parmi les dix plus grandes villes, les plus bas salaires ont été gagnés par les avocats de Winnipeg et de la ville de Québec; moins de la moitié de la rémunération des avocats torontois du même centile.