Les partis d'opposition en ont assez de voir le maire faire appel à cette firme.

L'Agence QMI a en effet déjà révélé que le cabinet d'avocats avait obtenu plus de 25 millions $ en contrats de la ville de Laval au cours des douze dernières années.

Dunton Rainville compte dans ses rangs l'avocat-conseil Jean Bertrand, homme de confiance du maire Gilles Vaillancourt et de son Parti Pro des Lavallois.

L'avocat-conseil de Dunton Rainville Jean Bertrand est aussi l'homme de confiance du maire Gilles Vaillancourt
L'avocat-conseil de Dunton Rainville Jean Bertrand est aussi l'homme de confiance du maire Gilles Vaillancourt
En 2005, Gilles Vaillancourt avait donné le coup d'envoi à la Cité du Savoir, un pôle des connaissances, situé près de la station de métro Montmorency. Sept ans plus tard, le projet, qui abrite notamment le campus de l'Université de Montréal à Laval, a pris forme.

Mais avant que le projet ne se concrétise, la Ville de Laval a fait appel à l'expertise du cabinet d'avocats Dunton Rainville dont les bureaux lavallois sont situés à quelques mètres de l'Hôtel de Ville.

Selon TVA Nouvelles, le comité exécutif de la Ville de Laval a déboursé depuis 2005 un peu plus de 400 000 $ pour couvrir les honoraires professionnels et juridiques de cette firme dans le dossier de la Cité du Savoir.

Opposition en furie

Les partis d'opposition à Laval fulminent.

Selon Robert Bordeleau, candidat à la mairie de 2013 pour le Parti au service du citoyen, le fait que l'administration Vaillancourt fasse appel à une firme externe d'avocats alors qu'elle possède déjà son propre service du contentieux est inacceptable.

Me Pierre Lambert également avocat chez Dunton Rainville à Laval, agit comme secrétaire de la Cité du Savoir
Me Pierre Lambert également avocat chez Dunton Rainville à Laval, agit comme secrétaire de la Cité du Savoir
« Avec toutes ces transactions qu'une Ville comme Laval fait au niveau commercial, je pense que ce serait intelligent de la part de l'administration en place d'avoir des avocats à l'interne dont on peut se servir. »

« Le véritable pouvoir ici à Laval est entre les mains de Dunton Rainville », a déclaré David De Cotisp, président du Mouvement lavallois.

Pourquoi ce choix?

« Il s'agit d'un dossier pour lequel la Ville de Laval est propriétaire du fonds de terrain qui ultimement appartiendra à la municipalité, a expliqué Gaétan Turbide, directeur général de la Ville de Laval. Maintenant, la raison pour laquelle on fait affaire avec une firme externe d'avocats, nous avons des avocats à la Ville très compétents, cependant, ils ne sont pas spécialisés dans ce champ d'activités corporatives. »

Questions d'éthique

De plus, en vérifiant le Registre des entreprises du Québec, on apprend que Me Pierre L. Lambert, avocat chez Dunton Rainville à Laval, agit comme secrétaire de la Cité du Savoir.

Cette affaire soulève des questions d'ordre éthique selon les partis d'opposition. « Ils sont en conflit d'intérêts », croit Robert Bordeleau.

Le directeur général de la Ville est en désaccord tout en précisant que Me Lambert n'est pas membre du conseil d'administration de la Cité du Savoir. Il agit à titre de secrétaire pour le volet administration uniquement, explique-t-il.

« Je n'ai pas de problème d'ordre éthique puisque Me Lambert est dans l'exécution du mandat qui lui a été confié par la municipalité, c'est-à-dire de veiller aux bons intérêts de la municipalité dans le cadre de la réalisation de ce projet », a affirmé Gaétan Turbide.