Lorsque le professeur responsable du cours « Droit du sport » a annoncé qu’il cesserait d’enseigner, Philippe Boisvert, fraîchement diplômé de l’Université d’Ottawa, n’aurait pas imaginé qu’on allait faire appel à ses services. Pourtant, Pierre Thibault, doyen adjoint et secrétaire de la Section de droit civil, indique avoir « tout de suite pensé à Philippe ».

En effet, ayant récemment complété sa licence en droit civil et le programme de common law (J.D.) en suivant un parcours étudiant plus qu’exemplaire, M. Boisvert était le candidat tout indiqué pour le poste.

Pierre Thibault, doyen adjoint et secrétaire de la Section de droit civil, aux côtés de son nouveau professeur Philippe Boisvert
Pierre Thibault, doyen adjoint et secrétaire de la Section de droit civil, aux côtés de son nouveau professeur Philippe Boisvert
« Philippe a été sélectionné pour le concours de plaidoirie, où j’ai remarqué qu’il était un très bon étudiant, très à l’aise, avec une bonne prestance », explique M. Thibault.

« J’ai aussi été assistant d’enseignement pendant mes études de barreau et j’avais bien apprécié l’expérience », d’ajouter M. Boisvert. « À la fin de l’année, je savais que je voulais éventuellement m’investir dans le milieu universitaire et j’en ai fait part à M. Thibault. Toutefois, j’avoue que ça a été plus rapide que prévu! »

Cette transition des bancs d’école à l’avant-scène de ces mêmes salles de cours du pavillon Fauteux expose cependant le diplômé à de nouveaux défis qu’on peut facilement imaginer.

« J’ai eu à monter un cours pour la première fois dans un très court délai et c’est beaucoup plus de travail que je ne le pensais », avoue le jeune professeur, qui est également auxiliaire juridique à temps plein à la Cour d’appel fédérale.

« Je suis plus jeune que certains de mes étudiants, ce qui peut se révéler assez intimidant au début! Par contre, je me rappelle très bien ce que c’est d’être sur les bancs d’école et j’essaie donc toujours d’être bien préparé, dynamique et enthousiaste pour essayer de compenser mon manque d’expertise sur le terrain. »

Quoi qu’il en soit, les hauts dirigeants de la Faculté ne regrettent en rien la confiance qu’ils ont accordée à Philippe et se disent très satisfaits de son travail.

« Nous avions un besoin immédiat à combler et Philippe s’est révélé un très bon choix, indique le doyen adjoint. Les étudiants l’ont bien apprécié et tout se passe bien : nous sommes très contents. »

« La capacité d’enseigner n’a rien à voir avec l’âge et Philippe Boisvert en est la preuve, témoigne Jade Descheneaux, étudiante à la Faculté de droit. Il a su élaborer avec brio un plan de cours dans lequel transparaissaient son intérêt pour le droit et sa passion pour le sport. Son dynamisme a fait en sorte qu’assister à son cours de droit du sport les vendredis soirs n’était pas une corvée, mais bien un plaisir pour tous. Je le félicite et le remercie personnellement puisque c’est un domaine dans lequel, depuis son cours, j’aspire à faire carrière. »

Ainsi, après avoir enseigné « Droit du sport » à l’automne 2011, M. Boisvert a accepté l’offre qu’on lui a faite de prendre en charge les cours « Droits des contrats nommés » et « Rédaction juridique » pour la session qui se termine actuellement.

Même s’il ne ferme pas complètement la porte à une future carrière en enseignement, M. Boisvert se concentre pour l’instant sur le cours « Droit des contrats nommés » qu’il redonnera cet été en collaboration avec Me Gabriel Querry, ainsi que sur son déménagement en Angleterre en septembre prochain. De fait, le jeune homme vient d’être accepté à la prestigieuse Université de Cambridge où il poursuivra ses études en droit.

Alors, la vie d’étudiant ou la vie de professeur, laquelle est la plus agréable? « On travaille moins en tant qu’étudiant » répond Philippe. « Mais on ne s’en rend compte que bien plus tard! » conclut M. Thibault.


Cet article est publié ici avec l'autorisation de la Section de droit civil de l'Université d'Ottawa.