Tôt lundi matin, le député de Québec Solidaire Amir Khadir est arrivé au palais de justice, accompagné de sa femme Nima Machouf. Après avoir attendu toute la matinée, il a semblé contrarié lorsque les avocats ont annoncé que l'audience n'aurait lieu qu'en après-midi.

Rappelons que sa fille de 19 ans est accusée du saccage des bureaux de l’ex-ministre de l’Éducation Line Beauchamp en avril dernier, de méfaits à l’Université de Montréal et de voies de fait sur une photographe de presse dans les couloirs du palais de justice en mai dernier.

Depuis le début du conflit étudiant en février dernier, Yalda Machouf-Khadir est accusée de 15 chefs au total. Elle est défendue par Me Denis Poitras.

Ambiance tendue

Avant même que ne s'ouvre la salle d'audience, plusieurs dizaines de manifestants faisaient la file pour assister à l'audience. Or, la salle ne pouvant accueillir la cinquantaine de personnes, une bonne partie d'entre eux n'ont pas pu entrer.

Les manifestants refoulés ont alors exprimé leur mécontentement, certains accusant les journalistes de « voler » leur place.

Pour des raisons de sécurité, plusieurs agents spéciaux étaient postés dans les couloirs du palais de justice afin d'éviter tout débordement.

Certains manifestants ont tenté d’empêcher les photographes et caméramans présents de capter des images, mais ont rapidement été déplacés par les agents.

Parmi les manifestants dans la salle, on pouvait reconnaître Andréa Pilote, une co-accusée de Yalda Machouf-Khadir dans l'affaire du saccage des bureaux de l'ex-ministre Line Beauchamp. Elle avait été arrêtée jeudi passé, mais la Couronne ne s'était pas opposée à sa remise en liberté.

Un co-accusé de la fille d'Amir Khadir dans le dossier du blocus du pont Jacques-Cartier était aussi dans la salle.