Denis de Belleval n'a pas réussi à faire annuler l'entente sur l'amphithéâtre
Denis de Belleval n'a pas réussi à faire annuler l'entente sur l'amphithéâtre
Denis de Belleval, ex-DG de la Ville de Québec et son partenaire dans l’affaire, Alain Miville de Chêne, contestaient la légalité de la loi 204, qui selon eux portait atteinte aux droits fondamentaux de liberté d'expression et de conscience.

Cette loi a mis l’entente de gestion sur l’amphithéâtre à l’abri de toutes poursuites judiciaires.

La Ville de Québec plaidait pour sa part avoir agi en toute légalité en vertu de la Charte de la Ville, et que celle-ci avait préséance sur la Loi sur les cités et villes.

Joint par le « Journal de Québec », M. de Belleval n’a pas voulu commenter la nouvelle. Il souhaite concerter d’abord son collègue.