Construction N.R.C. inc., une compagnie de Saint-Laurent spécialisée en électricité, reproche au promoteur immobilier de ne pas l’avoir payée pour des services rendus dans le cadre de plusieurs projets résidentiels.

Ces travaux avaient été effectués « à la demande expresse » de Construction Frank Catania, selon la poursuite dont a été saisie la Cour supérieure, chambre civile, le 20 juin dernier.

Faubourg Contrecœur

Selon les documents de cour déposés au palais de justice de Longueuil, Construction N.R.C., représenté par le cabinet Lapointe Rosenstein Marchand Melançon, a notamment réalisé des travaux de près de 78 000 $ au controversé Faubourg Contrecœur, de la Société d’habitation de Montréal, qui compte 1 865 unités résidentielles.

C’est à la suite de présumées malversations dans ce contrat de plus de 300 millions de dollars que les policiers de l’escouade Marteau ont appréhendé le grand patron de Construction Frank Catania, le 17 mai dernier.

Paolo Catania est accusé de fraude, de complot et d’abus de confiance dans cette affaire
Paolo Catania est accusé de fraude, de complot et d’abus de confiance dans cette affaire
Paolo Catania, 49 ans, président du conseil d’administration du géant de l’immobilier, est inculpé de fraude, de complot et d’abus de confiance dans cette affaire. Les mêmes accusations ont été portées contre Construction Frank Catania et associés, l’entreprise qui porte le nom de son fondateur et dont le fils a pris le contrôle en 2002.

Avantages indus

En 2007, la Ville de Montréal avait vendu à l’entreprise un terrain de 38 hectares pour la somme de 4,4 millions $, alors que sa valeur au rôle d’évaluation était de 31 millions $, sous prétexte que les sols étaient fortement contaminés.

Après deux ans et demi d’enquête, l’escouade Marteau et l’Unité permanente anticorruption ont conclu qu’« un système aurait été mis en place afin de favoriser Construction Frank Catania et associés » dans l’obtention de ce contrat.

Ce système « visait notamment à fournir des avantages à un élu et à un fonctionnaire de la Ville de Montréal en échange d’informations privilégiées permettant à la compagnie de M. Catania de bénéficier d’avantages indus, au détriment des autres soumissionnaires », avait précisé l’inspecteur-chef François Roux, de la Sûreté du Québec.

Outre Paolo Catania, huit autres personnes ont été arrêtées, dont Frank Zampino, l’ex-numéro 2 de la Ville et président de son comité exécutif de 2002 à 2008, considéré comme la tête dirigeante de ce stratagème par les enquêteurs.

Autres travaux

Dans sa poursuite, Construction N.R.C. allègue aussi avoir réalisé des travaux de plus de 335 000 $ au Sentiers du Ruisseau (un projet de 250 unités situé à Longueuil), de 111 000 $ au Domaine de la Rive-Sud (des résidences haut de gamme à Brossard) et de 650 000 $ au Lugano.

« La défenderesse refuse ou néglige de verser la somme de 1 175 896 $ à la demanderesse, et ce, bien que dûment mise en demeure par lettre des procureurs en date du 31 mai 2012 », ajoutent les avocats de Construction N.R.C.

Du côté de Construction Frank Catania et associés, une porte-parole a fait savoir, hier, que ce litige « est actuellement en processus de règlement hors cour ».